Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 07:00
METS Y TA SOURIS, SI TU L'OSES
Repost 0
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 08:00
  Aujourd'hui, Saint Agatante
Vogue le boutre et gicle le foutre, voici l'histoire d'un pauvre mousse qui devint martyr par hasard, pour son amour de Dieu.. Vers 1800 ou un peu moins, Agatante quitta sans regrets sa Thrace natale et un peu plus tristement ses vieux parents, mais fallait ben qu'il s'envole du nid, l'oiseau..Maman ne travaillait pas et papa occasionnellement docker sur le port, ne ramenait pas toujours de quoi nourrir l'ado en pleine croissance qui lui réclamait si souvent pitance. Obligé de se débrouiller seul, le garçon se prêtait de temps à autres aux frasques sexuelles des marins de passage, surtout des orientaux qu'il savait satisfaire en échange de nourriture..Il lia ainsi quelques liens  professionnels qui lui permirent de se faire embaucher sur un bateau de commerce turc dont le capitaine s'était pris d'affection pour lui..Est-ce que son prépuce roulé à la manière d'un anneau pénien gênait le beau capitaine lors de leurs ébayts, mais un jour il demanda au beau grec de devenir musulman.On ne désobéit pas à son capitaine..Et Agatante fut forcé de renoncer à Jésus, et, le bout coupé, fut forcé de se tourner 5 fois par jour vers l'Est, à genoux, les fesses en l'air. Cependant, ce lâche abandon de la parole de Jésus le travaillait, notre futur saint, et il déserta dès qu'il le put alors que le navire faisait escale non loin du Mont Athos...Il réussit à rejoindre la communauté religieuse du mont, où, fort de ses compétences,il s'intégra rapidement et fut affecté au service de table du Père higoumène. Mais le remords d'avoir été sali par la religion de Mahomet l'empêchait de dormir et sa circoncision le rendait parfois suspect aux yeux des moines. S'en ouvrant au père supérieur, il se vit conseiller de régler le problème en homme de Dieu...Le lundi de Pâques 1819, il arriva à Smyrne (Izmir), déguisé en Turc et se présenta aux autorités en criant ce qu'il pensait de la religion locale.. Au début, on rigola devant le spectacle de ce dérangé de la cervelle, mais quand il sortit une icône de Jésus et un crucifix, on prit tellement au sérieux sa volonté de martyre qu'on lui donna satisfaction..Attaché tout nu à un poteau, il fut fouetté jusqu'au sang, puis lapidé jusqu'à l'os et enfin décapité comme un canard..
 


Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 06:00
Repost 0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 08:00
Aujourd'hui, Bienheureux Idesbald Van der Gracht          
      Qu'on appela aussi l'Abbé Idesbault .Notre cher Idesbaldus, ne fut pas martyr et s’il a gardé sa virginité, personne n’en n’a parlé car le bougre fut un grand homme en son temps..Il serait né en 1090 à Furnes, en Belgique, dans une famille très à l’aise financièrement, les Van Der Gracht..Un crucifix en or dans la main, dès la naissance, ça aide en ces temps d’actions de grâce post trouille apocalyptique et Idesfaldus de Burnes, après des études bien suffisantes pour l’époque, fort de son latin de cuisine et de sa mémorisation parfaite de l’evangile selon saint Luc, entre à la collégiale Sainte Walburge de Furnes, dont il devient assez rapidement le chanoine en chef, vu que papa donne des sous pour ça....Il reste comme ça, bien dans ses meubles une trentaine d’année, accumulant, en même temps que la sagesse, les doubles mentons et les couches de gras sur l’abdomen..Faut dire que la bière est bonne à Walburge et que la chère, abondante et grasse, sait réjouir le cœur du saint homme..Faut croire que ce régime lui réussit bien puisqu’il atteint, , la soixantaine, encore très fringante. Mais, réaliste, se sentant plus près du cerceuiil que du berceau, et s’apercevant qu’il aurait pu faire plus et mieux pour Jésus, un petit matin d’avril 1150, il quiitte sa collègiale pour s’enfermer au monastère cistérien voisin, l’Abbaye des Dunes..Cinq ans plus tard, alors qu’il ne souhaitait être là qu’un moine anonyme au service de Dieu, il est appelé à la tête de l’établissement à la suite de l’éviction du père abbé Alberonus. Prenant sa nouvelle fonction à cœur, Idesbaldus va développer l’abbaye qui va compter plus de 300 moines et leur offrir lune église de 115 mètre de long et connaître un rayonnement spirituel considérable qui se prolongera au-delà des douze années de son abbattiat. A sa mort, en 1167,l’abbaye est tellement prospère que ses moines lui font faire un cercueil de plomb, qui, enterré sous la salle du chapitre de l’Abbaye sera oublié jusqu’en 1623.
Quand on ouvrira le cercueil, on découvrit Isebaldus frais comme une rose et souriant de tous ses chicots..Son état de conservation lui valut un retour de gloire et, transportés à Bruges, ses restes furent l’objet de pelerinages, malgré le drôle de signe en forme d'hélice à trois branches sur le couvercle ..
Moi, si je trouvais un cercueil en plomb avec un macchabé, je le viderais et le garderais pour me garder des cochonneries japonaises qui nous tombent dessus sans prévenir!!
 
Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 06:00
Repost 0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 06:06

Me voilà tout à l'heure sollicité, en tant que frère de dieu, pour financer (en partie)le film de Rodolfo Espinoza Rios, "étudiant en Cinéma à Paris VIII, et  qui doit réaliser un film dans le cadre de son master professionnel, "sic. Un film qui s'appelle, s'appellera, s'appelerait . ...SA SAINTETE !.. "Su Santida"

Pourquoi pas ??Allez, je vous passe l'info..

Vous en ferez ce que bon vous semble..Alea jacta est..

 

  Sa sainteté » raconte les péripéties, dans les années soixante, d’un village composé de métis et d’indiens, qui doit accueillir un archevêque, venu couronner la Vierge du village considérée comme miraculeuse.

L’archevêque refuse de loger au sein de la famille la plus riche des environs, qui vit dans une hacienda, car un membre des générations précédentes a été excommunié. Le prêtre du village essaie alors de le faire loger par un autre habitant relativement aisé, mais n’y parvient pas, les métis ayant décidé de se solidariser avec la famille méprisée. La corvée sera donc attribuée à un indien, Rafaël, paysan pauvre, qui n’arrive pas à refuser la proposition du prêtre. Un personnage un peu fou, Orphée,  français, doux dingue, et son chien Lucifer mettra en exergue le ridicule de cette situation. Pour finir, l’archevêque sera mal reçu par le village, et hébergé par Rafaël dans des conditions très précaires. Il partira, furieux, sans avoir pu couronner la vierge.

A propos du porteur de projet

La présentation de l’auteur du projet est un exercice difficile et périlleux. Elle doit avoir pour effet d’inciter les visiteurs à délier leurs bourses, ce qui est une gageure en ces temps de crises. De plus, si le lecteur est arrivé au stade de la présentation de l’auteur, et ne s’est pas encore précipité sur paypal, c’est peut-être parce qu’il n’a pas encore été entièrement convaincu par le projet. Comment faire ?

 

http://fr.ulule.com/su-santidad/

Repost 0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 06:00

Chatouille le, si tu oses !..

Repost 0
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 08:00

Aujourd'hui Dietrich Bonhoffer

Une fois n'est pas coutume, en ces temps de pâques,

temps de la paix universelle, voici l'histoire rapidement contée

d'un pasteur allemand et luthérien qui mérite bien l'attention que vous lui porterez. Dietrich est né en 1906, dans une bonne famille chrétienne de Breslaue t ses parents intellectuellement brillants et humanistes lui transmirent naturellement leurs valeurs d'attention à autrui, d'aide aux nécessiteux, d'ouverture aux autres. Après de brillantes études dans la langue hébraïque, c'est vers la théologie qu'il se tourna naturellement, devenant pasteur dans une Allemagne que la crise de 29 poussait résolument dans le nazisme..On est là en 1935..Et Dietrich Bonhoffer va entrer dans l'histoire. En opposition à l'église luthérienne allemande qui collabore avec le régime hitlérien, un groupe de religieux et de clercs, se regroupent dans l'organisation de " l'Eglise Confessante" qui dénonce la dérive du pays vers l'horreur et les dangers du nazisme pour le pays, l'Europe et le monde..Bien intégré dans le mouvement de résistance, notre pasteur anime pe,nndant plusieurs années des séminaires anti nazis à Finkelwalde (aujourd'hui, Zdodje, en Pologne) malgré une interdiction d'enseigner décetée par le régime nazi..Menacé, grâce  à des appuis dans la hierarchie militaire hostile à Hitler  il peut s'enfuir aux USA , mais en revient en 1940 et on retrouve son nom dans la liste des conjurés de l'attentat contre le dictateur  du 20 juillet 1944, alors qu'il est déjà en prison depuis 1943 pour l'ensemble de son oeuvre qu'il appuye toujours sur l'enseignement de Jésus..Transféré alors dans les prisons de la Gestapo, torturé, puis déporté à Buchenwald,  le saint homme ne fut pas oublié par Hitler au seuil de la débacle..Deux semaines avant que les chars de Patton ne franchissent le Rhin, Dietrich Bonhoffer et ses compagnons  furent transférés pour y être pendus le 9 avril 1945 au camp de Flossenbürg.

 

Pour l'histoire plus complète..

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dietrich_Bonhoeffer

   
Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 06:06
Repost 0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 08:00

Aujourd'hui, Saint Soukias et ses potes

Pour celles et ceux qui suivent, ces deux derniers jours furent assez gore pour qu'on en fasse le reproche au scribaillon tondu qui les mit en ligne..Reproches acceptés..Et Mea culpa.......Voici aujourd'hui, l'histoire souriante des princes d'Arménie..  

Lucien, Polyeucte,Quadat, Antiochus,Iksoron, Memmas, etc..vivaient princement, tous chevaliers qu'ils étaient sous les ordres du Prince Soukias, au service D'Artèse, le Roi qui règnait sur l'Arménie en ce premier siècle de l'ère chrétienne..Entre deux joutes, ils allaient de temps à autre trousser la gueuze dans les villages du royaume et se remplir les poches à quelque magot volé aux marchands itinérants, et la panse dans les auberges qui leur offraient gîte et couvert à l'oeil..La belle vie, quoi..Bidasse, en ce temps là, c'était tout de même la planque, d'autant que pour éviter la mort, il suffisait de courir hors de portée de la lame ou de la flèche..plus simple que de se cacher d'un missile  de croisière ou d'une simple rafale de famas..Mais, retrouvons nos beaux capitaines..Un jour qu'ils étaient en virée, ils tombent sur Saint Voskeank, envoyé du ciel directement de la Terre Sainte, où il aurait vu la miraculeuse gloire de Dieu..jouant les kakous comme à leur habitude, ils eurent la surprise de ne pouvoir attraper le bonhomme qui, bondissant comme un Zébulon, les narguait avec son cruxifix et ses évangiles..La suite va vous sembler logique..Voskeank les fit asseoir en cercle et se mettant au milieu d'eux, il leur parla longuement de Jésus et de son enseignement et pour fini, il les baptisa tous..Revenant au palais, leur conduite inhabituelle mit la puce à l'oreille de la Rene Sathanik qui vira le prophète! Les princes l'accompagnant, la petite troupe fut pourtant rattrapée par les sbires de la reine qui se garda le saint au frais pour l'apéro du lendemain, laissant la clique princière regagner ses appartements. le lendemain, Voskeank fut mis tout nu et attaché à un poteau où il subit moult coups de fouets, puis on lui arracha la peau du dos et on lui enfonça un suppositoire bien profond entre les fesses, si loin qu'il en eut les incisives brisées de l'intérieur..Soukias, réussit toutefois à récupèrer les outils liturgiques du martyr et, armé de sa nouvelle foi quitta cette ville du démon pour aller se cacher dans la montagne avec ses 18 camarades..On ne les retrouva plus pendant 44 ans..Quarante quatre ans de vie retirée du monde passés à prier Dieu dans un monastère troglodyte qu'ils avaient creusé avec leurs couteaux de chasse..Leur légende veut que des anges venaient régulièrement leur apprendre de nouveaux chants et que leur chorale remplissait les nuits de pleine lune de papillons scintillants qui emmenaient partout dans le pays les notes divines..

Puis il advint que le roi Artèse mourut.. Son successeur, Sarkosius Premier (et dernier) se mit en tête de retrouver ces mystérieux princes  devenus légendaires en son royaume en vue de se les mettre dans la poche pour l'aider à faire remonter des sondages en chute libre..Lors de la première pleine lune d'Avril 130, remontant la piste des papillons musicaux, l'armée découvrit les saints hommes..Mais il fallut aux soldats faire des efforts pour reconnaître, dans ce cercle d'êtres poilus et nus qui entonnaient sous la lumière nocturne des louanges à Dieu au seuil de leur chapelle, les princes du royaume qu'ils recherchaient..Ramenés à Sarkosius, lavés, peignés, rasés et habillés, celui ci leur promit tous les plaisirs du monde s'ils reprenaient du service dans son armée..Mais nos ascètes l'envoyèrent bouler et déclarèrent : « Nous sommes serviteurs de Dieu et le temps de notre récompense approche. Il ne nous est pas possible de perdre cette occasion et de nous rendre étrangers au Seigneur! ». En gros: ", casse toi, pôv' khon !"

Sarkosius 1er le prit très mal et condamna les chrétiens à la mort..

Deux d'entre eux s'échappèrent cependant et purent mettre en terre les 17 cadavres écorchés, démembrés, brûlés partiellement et, pour certains, déchiquetés par les fauves du jardin royal..

On raconte que leur tombe régulièrement entretenue vit un jour naître une abondante source d'eau fraîche entre ses pierres qui y coule encore.,

 

-

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article

Profil

  • SULLIUS
  •   Peintre expressionniste régional qui ne demande qu'à devenir national avec un petit coup de main des amateurs....

        ATELIER et GALERIE dans un petit village de la verte Haute saône, en Franche-comté
  • Peintre expressionniste régional qui ne demande qu'à devenir national avec un petit coup de main des amateurs.... ATELIER et GALERIE dans un petit village de la verte Haute saône, en Franche-comté