Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 16:51

CHAMPIGNONS D'Hiver   Evoquant il y a quelques semaines les champignons de fin d'automne -ou de début d'hiver- avec DurDur, éminent Mycologue (LIEN), je m'étais promis de lui envoyer une photo de ce qui reste à cueillir dans les bois et les prés de Franche Comté du Nord quand la bise est venue et qui doit bien ressembler à ce qu'il doit pouvoir trouver en Champagne du Sud !

 

Les voici donc, les spécimens qui n'ont pas trop peur du froid..

-CAMAROPHYLLUS NIVEUS, ou Hygrophore blanc de neige ou petits blancs, poussent dans les "vieux" prés, et dans les vergers où la mousse et les vieilles herbes se partagent le sol jusqu'aux vraies gelées, et une petite ne leur fait pas peur !

Ce sont de petits champignons mais très très goûteux, excellents au beurre avec un foie de lapin !.

-Les gros foncés poussent sur le tronc des peupliers malades et sont des pleurotes "en forme d'huitre". A consommer petites car plutôt dures à l'âge adulte ..  

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS
commenter cet article
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 10:00
Aujourd'hui, Sainte Colombe de Sens
 Notre petite Colombe avait quitté son Espagne natale autant que païenne parce qu'encore romaine avec des chrétiens qui remontaient vers la Gaule, car on leur avait dit que Dieu protégeait les siens de l'autre côté de la frontière..
Mais n'oublions pas que les Romains étaient chez
eux au pays des Gaulois en ces années 250 / 280..
Colombe et ses potes quittent donc l'Espagne,
gagnent la vallée du Rhône comme
aujourd'hui les camions de fraises nitratées, et
remontent vers la Séquanie
non sans avoir pris de le temps de se
faire baptiser dans les règles de l'art
sur le chemin de l'exil, du côté de Vienne dans le Dauphiné.
C'est alors qu'ils apprennent qu'une forte communauté chrétienne est établie à Sens et qu'on les laisse tranquilles dans cette ville..
Les voilà avec un but, nos Ibériques...Mais les Romains veillent!
Arrivée avec sa troupe, la belle et jeune Colombe est très vite intégrée aux cercles de prière où elle fait merveille d'autant plus que, d'ascendance et de fortune royale, elle a dans ses bagages de quoi  renflouer pour quelque temps les caisses défaillantes de la communauté.
Tout va bien pour Colombe..Sa foi s'épanouit et elle commence à regarder avec les yeux de Chimène un beau gaulois aux regard bleu et franc sous des longs cheveux blonds, sans se douter, alors qu'elle prête à basculer dans les camp des Femmes, que ce bellâtre est en réalité un espion romain venu se rendre compte de la puissance des Chrétiens..
Elle va vite s'en apercevoir quand, sur les ordres de l'empereur Aurélien commença une épuration religieuse visant à élimier les chrétiens de Gaule.
Arrêtée et emprisonnée avec les autres, Colombe est donnée à son traître chéri, à charge pour lui de l'emmener au septième ciel..avant de la passer à ses potes de légion.
Mais alors que le gros vit tendu se prépare à en boucher un coin à la vierge impuissante, une Ourse gigantesque surgie de nulle part, l'emporte dans ses bras puissants, non sans avoir bouffé tous ces sexes offerts à ses crocs..
Colombe, nue comme un ver se voit emportée dans la campagne jusque dans une forêt où l'Ourse disparaît et la laisse seule.
Pauvre Colombe..Il ne lui reste plus qu'à prier, et comme elle demande à Dieu de retrouver les siens au lieu de se peler les miches sous les chênes, Dieu la ramène en prison avec les autres..
Les Romains, échaudés par l'histoire de l'Ourse la sortent bien vite de sa geôle et la traînent sans la toucher à la sortie de la ville, ne voulant plus avoir affaire à elle..
Mais Colombe veut mourir.
Colombe veut mourir pour sa foi, car elle veut son paradis et surtout ne veut pas quitter ses amis qui,eux, vont y aller direct au ciel, après quelques tortures et une bonne flambée..
Alors, dans la troupe de ses gardiens, le petit Sarkosus, plus méchant que les autres, mais serviable quand même, la fait mettre à genoux au bord du chemin et prenant son élan, lui coupe la tête avec son glaive de service et laisse tout là sur l'accotement.
Mais, revenus en ville, ils font leur rapport au centurion qui les renvoye chercher la tête pour l'exposer au marché..
Et là.. Miracle :
Le corps a disparu et à l'emplacement du crime
coule désormais une abondante fontaine d'eau fraîche !
C'est-y pas beau comme histoire ?
  
Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 08:08

Aujourd'hui Saint Perpet

On va l'appeler Perpetuus, ça nous mettra dans l'ambiance.

Mort le 30 décembre 490, Perpetuus ne fut jamais martryr et vierge,

sûrement pas (en cette époque, le clergé n'avait pas de honte à se reproduire par les voies naturelles et on ne sait pas tout de son intimité)

Perpet fut le sixième évêque de Tours et, pendant plus de trente ans, il intensifia l'implantion du  christianisme en Touraine. C'était pas un marrant, le père pète, et il tenait ses curés d'une main de fer et faisait des tournées surprise dans son diocèse pour y dénicher les mauvais chrétiens.. Fallait faire du chiffre..Vous voyez pas..Demandez aux policiers comment font Sarkozy et Hortefeu avec eux depuis 4 ans ! .La différence, c'est le nombre de suicides au bout de l'année.. Sarko et Horto sont des champions de l'auto-élimination des hordes policières....Perpet, lui, se contentait de réprimandes et de pénitences..Faut dire qu'il avait mal aux quenottes, notre saint alors il ne consommait que des soupes,et  ça le rendait chagrin de temps à autre de voir les autres dévorer à pleines dents des viandes bien rôties..Alors, dans son diocèse, on jeunait deux jours par semaine, avec un bonus d'un jour les semaines précédent Noël..

Il y avait des cuisines bien cachées dans certains presbytères de Touraine..Ma cuisine, c'est Dieu, et..Schmitt tm. C'est ça qu'il chassait le bougre, les jambons, les saucisses et les camemberts, plus que les mal-priants..  

Comme il fut évêque pendant trente ans, il eut le temps de faire bâtir moult chapelles, églises et monastères, mais sa grande oeuvre est la construction d'une basilique pour abriter le tombeau de Saint Martin de Tours. Un bon plan pour ses finances car tout était prévu pour accueillir les pélerins et les offrandes dans le périmètre sacré de l'édifice...

 

Une bonne dizaine d'années plus tard, quand il passa l'arme à gauche, son échevêché était prospère et Perpet aussi..

Enfin, on peut le croire si l'on veut bien accréditer un parchemin donné comme son testament où il est dit  qu'il lègue aux pauvres de son diocèse: "

"pâturages, vergers, vignobles, maisons, jardins, moulins, or et argent, et ses vêtements.".



  C'est pas mal comme héritage, de quoi se rappeler de lui à perpète!

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 10:00

Aujourd'hui Saint Thadée le Scythe

Oui, bien sûr, qu'il y a aussi la Saint David ce 29 décembre, mais l'histoire de ce gringalet en pleine intifada qui zigouille un géant débonnaire et lui coupe la tête et la présente comme celle d'un mouton dans l'étal d'une boucherie allal, cette histoire me paraît trop suspecte pour être vraie.. 

C'est me semble-t-il aussi l'avis de DurDur, génial croqueur d'actualité.(LIEN) et entièrement digne de confiance.

Alors, passons à autre chose..et faisons donc de ce matin le jour de la réhabilitation de Saint Thadée..Saint Thadée n'a de chance car un usurpateur d'indentité est fêté à sa place un jour de Juin (19/06) . Celui là s'appelait en réalité Jude (ou Judas) et pour ne pas le confondre avec le traître aux pièces d'or, il est appelé Thadée-Jude..

Le vrai, l'unique Saint Thadée est venu plus tard, et n'a connu Jésus que dans ses rêves..Son histoire se passe au moyen orient, au IXème siécle..Fait prisonnier par l'armée byzantine, il devient esclave dans une riche famille, qui devenant chrétienne l'affranchit comme ses autres compagnons de corvée en lui proposant de devenir lui aussi chrétien..Qui n'aurait pas signé des deux mains à sa place ?..

Voilà donc notre barbare devenu chrétien un peu de force; mais sa reconnaissance pour cette religion va finalement le submerger à son propre insu..Etudiant par curiosité les évangiles et découvrant les 10 commandements, il reçoit l'appel de Dieu et entre au monastère du Stoudion à Constantinople comme apprenti moine..

Comme tous les sur-doués du mysticisme, il brille bientôt par ses qualités et devient moine à part entière..

Mais voilà qu'arrive un nouvel empereur, le sanguinaire Léon V l'arménien, qui décide de rétablir l'iconoclasme dans l'Eglise, ce qui ne plaît pas aux moines qui  lui font savoir qu'il est hors de question qu'on leur pique leurs livres d'images..

La réponse de l'Empeureur ne se fait pas attendre et les moines du Stoudion sont emmenés en prison puis présentés à la foule devant laquelle ils doivent piétinier des icônes de Jesus et de sa mère..Comme ils refusent, ils sont  fouettés en place publique et Thadée reçoit pour sa part 130 coups de nerfs denboeuf ce qui fit de lui le champion de la distribution.. mais à titre posthume car il était tellement amoché qu'il en meurt deux jours plus tards..

Quand à Léon V, il mourut assassiné le 25 décembre lors de la messe de minuit dans la cathédrale Sainte Sophie (Lien).

Y a une justice quand même !

 

LE VRAI THADEE

 

 

 

 

LE FAUX THADEE (JUDAS)

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 10:00

Aujourd'hui, Saint Simon le myroblite

Au XIIème siècle, naquit le petit Simon qu'un grand destin attendait, celui d'avoir comme pédigree un mot incompréhensible pour le commun des

mortels mais qui n'aura plus de secrets pour vous à la fin de cet article..

Simon était bizantin, ou Grec, en tout cas originaire  de ce coin là du monde, et quand il entendit l'appel de Jésus, c'est vers le Mont Athos que ses pas le dirigèrent, cette montagne sacrée et déjà pleine de moines..

Arrivé là-bas, il fit ses classes comme tout puceau de Dieu, et gravit les échelons de la voie monastique à vitesse grand V car il aimait tellement souffrir qu'il lui arrivait de ne rien manger de la semaine tout en effectuant malgré tout les travaux obligatoires et les prières nécessaires, ce qui comblait d'aise l'intendant de la communauté.

Puis un jour, la contrainte des horaires des repas -contrainte légère,vous l'aviez compris- lui pesa plus que tout et il décida de quitter ses frères pour s'isoler dans la montagne..

Le Mont athos ne manquait pas de recoins, mais c'est en bas, pas loin de la mer qu'il se dénicha une mignonne petite grotte moussue et humide dans laquelle il déposa ses bagages, sa bible, son cruxifix, et son martinet à clous..

Il resta là des années, se nourrissant de temps à autre d'un poisson mort que les vagues projetaient sur le seuil de sa grotte et des quelques fruits d'un figuier de barbarie qui avait poussé là dès son arrivée.

Comme il se flagellait bi-quotidiennement pour se rapprocher mentalement -et physiquement- de la Passion de Jésus, il était tombé dans un état de fatigue tel que des hallucinations l'assaillaient tout le temps, apparitions de vierges dodues, de chapons au vin jaune, de bouteilles de Mouton-Rotschild et autres gâteries qu'il savait envoyées par le Démon..

Mais ça l'occupait, parcequ'à part prier et mâcher une figue de temps en temps, il n'avait pas grand chose à faire..

Puis, un matin de décembre 1444, c'est une boule de lumière qui se fixa en face de sa grotte et n'en bougea plus jour et nuit..

Au début, il trouva que cette démoniaquerie était pratique pour lire la nuit, mais au bout de 4 nuits sans sommeil, il commença à râler et à invoquer Jésus pour qu'il vire cette merdasse de son ciel..

En attendant, il cochait les cases de son calendrier de l'avent, et c'est ainsi qu'il sut que le jour de Noêl était arrivé..La lumière étant toujours là, Simon décida de se jeter du haut de son rocher pour montrer au Malin qu'il irait jusqu'au bout de sa foi sans céder à ses avances.. Enlevant sa vieille bure rapiècée, il présenta son corps émacié et encore sanglant de sa dernière mortification à l'étoile maudite, s'apprêtant à sauter dans le vide, quand une voix de femme lui dit "

Simon, ici C'est Marie, mère de Jésus,rhabille toi, t'es trop moche, tu vas faire fuir Dieu, rhabille toi et viens ! 

Et alors, La Sainte Vierge descendit vers sa grotte, le prit contre elle et..il se retrouva à Bethléem quelques siècles plutôt, entre l'âne et le le boeuf..

Le lendemain, il se réveilla sur son grabat moussu et entendit encore la voix qui lui ordonna :."Maintenant, Simon, bosse pour les autres, bâtis ton monastère et fais des adeptes!"

Ce qu'il fit, créant le monastère de Simonos Petra (le caillou de Simon) ,établissement dédié à la Vierge Marie.

C'est à partir de là qu'il passa à la postérité comme Myroblite..

Ce mot signifiant simplement, le baptiseur, ou le "convertisseur", car Simon accueillait chaque nouveau moine en lui frottant le front d'un mélange d'huile d'olive et de résine de myrrhe.

 Pour les Innocents, ce sera plus court.

Dieu, décidant que Jésus devait refaire le parcours de Moïse, le renvoya en Egypte, se servant pour ça de la peur du roi Hérode à qui on avait annoncé son remplacement par Jésus à la tête de son royaume. Dieu souffla donc à Hérode l'idée de zigouiller tous les petits enfants mâles (jusqu'à deux ans) de Bethléem et du coin, prenant le soin de faire savoir à Joseph qu'il devait aller se cacher avec la Sainte Famille chez les égyptiens..(on retrouve aussi le massacre des nouveau nés par Pharaon, mais là c'est une autre histoire.)  

 

 

 .

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 09:09
                       Aujourd'hui, Saint Esso de Beinwil        
 Esso n'Armoiries de la commune.était pas pétrolier, c'est un coup de pas de chance que son joli prénom, si agréable à sussurrer  ait été vulgarisé par ces méchants américains de la Standard Oil Company ..(.S-O .. )
Notre Esso du jour est né bien avant la colonisation du pays des Commanches, des Navajos , des Sioux, des Hurons et tous ces gens  pas chrétiens qui partitrent un jour vers l'ouest pour ne plus revenir..
Il était né bien avant l'invention du moteur à explosion, bien avant le réchauffement climatique du IIIème millénaire, bien avant la bombe H et autres gâteries de l'époque moderne.. Esso était un simple abbé.
Esso vivait en Suisse et était à la tête d'un monastère bénédictin, quelque paressot dans la montagne, tout au nord du territoire suisse actuel..Et, comme il avait su faire prospérer son établissement, les édiles de la ville voisine lui demandérent d'organiser le sanctuaire de   Mariastein, lieu marial de pélerinage de plus en plus fréquenté en ces années 1100..Il faut dire qu'il y avait de quoi..Peu de temps avant, une bergère étant allé surveiller ses moutons dans la montagne avec son petit garçon  s'assoupit avec lui pour une sieste bienvenue un après midi de forte chaleur estivale...Mais l'enfant se réveilla et, courant après un splendide grand machaon, tomba dans un ravin profond.. Sa mère, se réveillant à son tour, s'aprerçut avec angoisse de la la disparition de l'angelot..
Quand elle le retrouva sain et sauf au bas de la falaise abrupte, il lui conta une histoire merveilleuse.. Alors qu'il courait derrière le papillon, ses pieds se dérobèrent sous lui et il tomba dans ce ravin profond d'une bonne cinquantaine de métres..Et c'est alors qu'une dame belle comme tout, avec un manteau bleu clair et nimbée de lumière le prit dans ses bras et le déposa doucement sur le sol, tout en bas.. Lui conseillant d'attendre sa maman, elle disparut après un dernier bisou sur son front en lui disant : "rappelle toi de la Mère de Dieu!".
Revenus au village, ils contèrent toute l'aventure au curé et  la grotte à l'ombre de laquelle elle avait fait sa sieste devint vite un lieu de pélerinage..
    C'est quand même plus beau qu'une histoire  de goélands mazoutés !      
    Beinwil
Monastère de Beinwil
Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 10:00

Paralysée depuis des années, elle remarche après un accident de voiture

 Médaillée aux jeux paralympiques, cette Néerlandaise de 26 ans espère participer aux prochains jeux dans la catégorie des valides © moniquevandervorst.com L'histoire est digne d'un scénario de science-fiction et pourtant ce récit est bien réel. Immobilisée sur un fauteuil roulant après une opération chirurgicale ratée alors qu'elle n'avait que 13 ans, Monique Van der Vorst est à nouveau debout.

 

Un miracle consécutif à un accident de la circulation survenu en début d'année. Peu après cette sortie de route des picotements sont apparus sur les genoux paralysés de cette jeune Néerlandaise de 26 ans. C'est le début d'une longue rééducation couronnée de succès.

 Aujourd'hui Monique Van der Vorst peut à nouveau remarcher et rêve des Jeux Olympiques de Londres en 2012. Médaillée d'argent en cyclisme et en triathlon aux Jeux Paralympique de Pékin en 2008, une participation dans la catégorie des valides constituerait un exploit hors du commun.

Mais plus rien ne semble impossible pour cette athlète qui a été sacrée sportive hollandaise de l'année 2009 chez les moins valides.
 

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS
commenter cet article
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 09:09
 
Aujourd'hui Sainte Eugénie de Rome
Ce 25 décembre, on fête la première Sainte Eugénie, pas celle du 7 février, une vraie sainte,  accessoirement vierge mais vraie martyre de la foi !
Eugénie pourrait être la sainte patronne des transexuels et autres hijras (Lien) car son histoire tourne autour du sujet de belle manière..
Il était une fois une belle et riche  jeune fille romaine qui faisait les magasins dans la Rome impériale avec ses deux porteurs (pour les courses) quand elle entendit, venant d'une cour intérieure, des voix suaves chanter psaumes et prières à la gloire de Jésus au milieu du tumulte de la ville..
Le lendemain, poussée par la main de Dieu, elle tenta de s'intégrer à cette chorale angélique, mais en vain, car elle était femme et les chanteurs plutôt couillus..
Le surlendemain, poussée par la main de Dieu (bis repetita!), elle revint à la charge, mais habillée en homme, les cheveux coupés courts et un bandeau serré pour cacher une poitrine avenante autant que naissante...
Les chrétiens chantants n'y virent que du feu et Eugénia, baptisé (e), put rejoindre la communauté qui l'accepta bien volontiers..
Au sein de cette mâle assemblée, notre sainte fit rapidement son trou, car, en plus de sa belle voix, Dieu lui avait donné le pouvoir de guérir les malades juste en récitant des Pater et des Ave, et les patients affluaient et se convertissaient en masse à la nouvelle religion..
Puis un jour, appelée à l'extérieur au chevet d'une panthère alitée, elle refusa les hommages sexuels de la dame en remerciement de ses services..La riche patricienne, déçue, car Eugéni(a-us) était un beau petit lot malgré tout, cria au viol !.
Arrêtée et jetée en prison, la jeune fille ne parvint à s'en tirer
qu'en montrant devant le tribunal, un nichon bien formé
qui n'avait rien de masculin..
Sauvée des lions qui étaient la peine prévue pour cette atteinte à la dignité d'une dignitaire, notre sainte n'en n'était guère plus heureuse car elle avait perdu ce qui faisait le sel de sa vie : la camaraderie franche de ses ex-compagnons de religion..
Elle repartit donc chez elle, où son père lui pardonnant  sa conversion l'accueillit avec bienveillance. Mais Dieu veillait à son destin..Le nouvel empereur, Valérien, décida de faire la chasse aux chrétiens et commença les persécutions..
Raflée avec d'autres, Eugénie fut fouettée jusqu'au sang, mais sans dommage, car elle s'autoguérissait..On tenta alors de l'étouffer sous une dalle de pierre que Dieu,hélas, transforma en plume..La jeter ligotée dans le fleuve  avec des pierres aux pieds n'eut pas plus de réussite..Les bourreaux, perdant patience la mirent avec un groupe de condamnées sur un grand bûcher qui les fit toutes mourir sauf elle..
A bout de forces, on dressa pour elle un échafaud, on coupa un joli billot de charme, on aiguisa une épée, on pria Jupiter et Mars et on demanda à Jésus d'arrêter ses bêtises..
C'était le 25 décembre 257..Dieu était occupé à Bethléem..
Pauvre Eugénie.
Au premier coup d'épée  sa tête, murmurant une dernière priére, 
fut séparée de son torse, et présentée à la foule qui la vit sourire !!
Etonnant, non ?
 
 
 
 

 

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 08:08
 Aujourd'hui, Sainte Adèle et le petit blanc sec, Maklouf du Liban 
Sainte Adèle ou Adela était une noble fille de l'époque  franque et son prénom reprendrait la racine "adal" du mot de cette langue signifiant, "noble de coeur". Elle est passée à la postèrité en elle fondant à Pfalzel, près de Trèves une abbaye bénédictine  dans les années 700.. Elle avait de qui tenir car sa mère, Irmine la Douce était abbesse du monastère d'Eternach..
On lui doit aussi l'éducation très chrétienne du futur Saint Grégoire d'Utrecht, l'évangélisateur de l'Allemagne..
Voilà, c'est tout..
C'est pas drôle, mais c'est la vie !!
Heureusement, il y a aussi ce bon Charb-l-Maklhouf dans la case du 24 décembre, ça va nous faire patienter jusqu'à la nativité de notre petit Jésus..
  
 
 
Saint Charb-el-Maklhouf est né dans le LIban actuel vers la fin du XIX éme siècle, et il y est mort en 1898.. Charb n'était pas noble, pas Franc, pas fils de chevalier, mais  perdu dans une fratrie nombreuse que réussissaient à faire vivre tant bien que mal ses paysans de parents..Il fut baptisé dans la religion maronite comme tout le monde dans sa famille et très tôt, il entendit l'appel de Dieu..Mais ne comprit pas tout de suite ce qu'il lui arrivait..Mais, alors qu'il était encore jeune, ses parents décédèrent et Dieu lui dit de se mettre en route pour le monastère maronite de Saint -Maroun d'Innaya..
Bien traité et joliment occupé à apprendre les saintes Ecritures, les psaumes et autres prières, Charm resta vingt ans dans cet établissement où parfois il faisait des miracles sans s'en apercevoir (sic). 
Passé ce temps au milieu des moines, il partit solitaire et retranché en lui même ermiter dans la montagne, puis gagna un autre monastère plus éloigné où il était moins connu et où il pouvait se consacrer plus tranquillement à l'adoration de Dieu..
Mais les miracles continuaient dans son périmètre et bientôt, il dut consacrer ses après-midis à recevoir les malheureux qui venaient chercher réconfort et secours auprès de lui..
Pendant 23 années encore, il fut au service de Dieu, des pauvres et des nécessiteux et finit par mourir usé par ces 43 annuités de cotisation spirituelle, sans même en toucher les dividendes terrestres sous forme de pension..
A la fin de sa vie, comme il était resté très actif et très matinal dans les travaux de jardinage au monastère, son corps fin et musclé était devenu presque maigre, et,avec ses longs cheveux blancs et sa barbe immaculée, il paraissait presque diaphane à contre jour dans le soleil du matin..Ses coreligionnaires avaient donc pris l'habitude de l'appeler affectueusement " Notre Petit Blanc Sec", surnom qu'il acceptait avec bienveillance, sachant que rien ne vaut un petit coup de blanc sec au matin pour bien démarrer la journée.. 

 

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 07:08

 

 Aujourd'hui Saint Servule

 

 

 

 

   Le Mendiant

Un pauvre homme passait dans le givre et le vent.
Je cognai sur ma vitre ; il s'arrêta devant
Ma porte, que j'ouvris d'une façon civile.
Les ânes revenaient du marché de la ville,
Portant les paysans accroupis sur leurs bâts.Moine Mendiant de la Brianza - Lombardie (Italie)
C'était le vieux qui vit dans une niche au bas
De la montée, et rêve, attendant, solitaire,
Un rayon du ciel triste, un liard de la terre,
Tendant les mains pour l'homme et les joignant pour Dieu.
Je lui criai : « Venez vous réchauffer un peu.
Comment vous nommez-vous ? » Il me dit : « Je me nomme
Le pauvre. » Je lui pris la main : « Entrez, brave homme. »
Et je lui fis donner une jatte de lait.
Le vieillard grelottait de froid ; il me parlait,
Et je lui répondais, pensif et sans l'entendre.
« Vos habits sont mouillés », dis-je, « il faut les étendre,
Devant la cheminée. » Il s'approcha du feu.
Son manteau, tout mangé des vers, et jadis bleu,
Étalé largement sur la chaude fournaise,
Piqué de mille trous par la lueur de braise,
Couvrait l'âtre, et semblait un ciel noir étoilé.
Et, pendant qu'il séchait ce haillon désolé
D'où ruisselait la pluie et l'eau des fondrières,
Je songeais que cet homme était plein de prières,
Et je regardais, sourd à ce que nous disions,
Sa bure où je voyais des constellations.
Victor Hugo, Les Contemplations (1856)

................................................................................................................................................................................................................................

Quand nous étions enfants nous, les retours de couvée du baby boom; les bébés Ogino, entre l'allemand, le grec et le latin, il restait toujours un peu de place pour caser ce satané  Victor Hugo et ses Contemplations alexandrinées avec dégringolade à l'hémistiche..Après, c'étaient Lamartine et Vigny, Baudelaire et Nerval, tous ces poètes pleins d'humanité qui nous emmenaient vers le monde des adultes et qu'on apprenait par coeur..

Voilà pourquoi, notre saint du jour reçoit l'hommage du grand Victor, à cause d'un tiroir oublié qui s'est réouvert dans ma mémoire et m'a lancé, comme une odeur qu'on retrouve, ces quelques mots .

"Entrez Brave Homme..Et je lui fis donner une jatte de lait!".

Dans ce poème trop chrétien pour être honnête, j'ai retrouvé notre saint du jour qui avait traversé les siècles.. 

Saint Servule était mendiant parce-que pauvre et infirme et que la vie ne lui offrait pas d'autre choix..Sa mère l'ayant accouché par le siège, il sortit comme il le put du ventre maternel grâce à son père qui , le tirant de toutes ses forces, le disloca à moitié et le laissa pantelant et à demi mort sur la couche natale..

Il faut dire que papa Servule était allé piocher la vigne toute la journée et en était revenu bien entamé, car pour se donner du courage, ses potes et lui posaient une bouteille de vin toutes les deux rangées (et ils en avaient fait des allers et retours ce jour là..) Aussi, trouvant sa femme en plein travail, c'est dans un brouillard éthylique qu'il parvint à la libérer de l'avorton qui menaçait sa vie.

Le petit Servule naquit ainsi pour la plus grande gloire de Dieu.. Ses jambes ne fonctionnaient pas, pas plus que son bras gauche jusqu'au coude, ce qui lui laissait toutefois  la main valide....Heureusement, le membre supérieur droit était à peu près opérationnel, ainsi que le cerveau et ses organes internes, bien qu'avec beaucoup de gêne.

Comme il ne valait pas grand chose pour tous les travaux qui auraient pu en faire un petit vigneron, Servule resta sur sa couche, soigné par son frère et sa mère jusqu'à la mort de celle-ci.

Le père n'avait que faire de ce poids mort et le jeta à la rue, le faisant porter sous le porche de l'église Saint Clément de Rome d'où il ne bougea plus jusqu'à son trépas survenu en 670.

Pris en pitié par les religieux qui venaient quotidiennement à l'église, il apprit de leur fréquentation l'histoire sainte, les évangiles et l'existence de Dieu..N'ayant que ça à faire, il apprit à lire et se plongea dans la lecture des Livres saints au point de pouvoir en quelques années prêcher du haut des marches..

Quelques bonnes âmes l'avaient pris en pitié et lui avaient construit une cabane contre le mur, et tous les soirs Servule s'y traînait pour en ressortir au lever du jour pour prier et chanter des louanges à Dieu, le remerciant de lui en faire baver autant qu'à son fils!

Au bout de quelque temps, ce curieux mendiant, ce fou de Dieu, attira la curiosité et les aumônes vinrent d'elles mêmes toujours plus conséquentes, toujours plus abondantes..

Sa férule en débordait tous les jours, mais Servule ne gardait que le minimum pour sa survie et redistribuait le reste à d'autres moins commerçants que lui..

Bientôt, il n'eut plus à se traîner, car chacun voulait l'aider pour gagner le paradis.

Mais Dieu ne voulait pas de ça!

Servule, dans sa programmation, devait souffrir, et seul de préférence pour connaître la puissance divine..Alors Dieu coupa le contact  dans ce qui fonctionnait encore de ce corps délabré, et, lui bloquant le coeur mit fin à son existence terrestre..   

 

C'est moins gai que les constellations du grand Hugo !! 

 

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article

Profil

  • SULLIUS
  •   Peintre expressionniste régional qui ne demande qu'à devenir national avec un petit coup de main des amateurs....

        ATELIER et GALERIE dans un petit village de la verte Haute saône, en Franche-comté
  • Peintre expressionniste régional qui ne demande qu'à devenir national avec un petit coup de main des amateurs.... ATELIER et GALERIE dans un petit village de la verte Haute saône, en Franche-comté