Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 06:45

Aujourd'hui, Saint Fidèle de Sigmaringen    

    Notre saint du jour ne fut pas fidèle à son prénom et Fidèle ne l'est pas..    

Ce saint allemand du 17ème siècle fut un catholique invétéré dans un pays contaminé par une Réforme qui gagna de nombreuses provinces au protestantisme.

Aussi, ce Capucin lettré et philosophe parcourut pendant des années et en tous sens le pays pour défendre le catholicisme.

Puis, un jour, franchissant la frontière pour une mission qui lui fut funeste, attrapé par une bande de protestants intégristes, il fut zigouillé et fumé coimme une pièce de boeuf sans autre forme de procès...

Sa carrière terrestre venait de prendre fin là, en Suisse dans le canton des Grisons,   alors qu'il était au boulot, prêchant pour le pape en 1622..    

Les hommes lui firent une place dans le calendrier,et  Saint Pierre l'accueillit au paradis, mais l'histoire ne dit pas s'il l'appela "Fidèle" ou "Marc"    de son vrai nom de baptême..

ça me travaille, ça...

Faudrait demander à un théologien de métier, 

Pierre m'appellera t-il : " Sullius"  ou..autrement  quand ce sera mon tour ?? 

    24-avril-saint-fidele-de-sigmaringen-capucin-martyr-

   

 

 

 

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 06:00
Aujourd'hui, Saint Georges.    
    Georges, officier de l'armée de Doclétien ne fut saint que grâce aux délires de ses contemporains et des suivants.. Bien avant Bilbo le Hobbit  il connut le pays des dragons et en revint victorieux, ramenant la queue et les oreilles d'un de ces diablotins volants à la gueule vomissant des flammes démoniaques.. 
Pour tout vous dire, il y a à boire et à manger dans la légende de Saint Georges..    
Pour commencer, on pourra le comparer à Phénix, l'immortel qui renaît de ses cendres car, Georges, attrapé par les patrouilles anti chrétiennes alors qu'il s'adonnait au christianisme dans ce monde d'adorateurs d'idoles, fut paraît-il, jeté tout nu et ficelé comme une paupiette dans un taureau de bronze chauffé à blanc..Vous imaginez la fête  : le campement romain, les amphores de vin de palestine aux épices circulant de soldat à soldat, et, tout près, un tambourin et des flutiaux qui jouent une musique joyeuse sur laquelle se trémousse une autochtone à moitié nue, puis, le feu énorme alimenté de branches de pin et de lavande, ses flammes énormes lèchant l'idole de bronze creuse qui doucement change de couleur ..
Enfin, le bronze est bien chaud, presque transparent à force de blancheur..
On avance un chariot pour être à la bonne hauteur et trois costauds des colonies du nord atttrapent notre georges et le jettent sans ménagement dans le ventre de la bête, se reculant rapidement, écoeurés par l'odeur.... 
La quasi-incandescence du métal brûle tout d'abord les cordes de l'infortuné, puis ses cordes vocales, et entame le reste.
Mais voilà t-y pas, qu'émergeant des fumées de sa propre combustion, Georges enjambe le bord de son chaudron ardent et, se glissant à terre, attrape au passage une amphore et se dilate le gosier tout en s'écriant :
                     "Vous pouvez rien me faire, j'ai Jésus dans ma poche !"
Voici donc une des pseudos non-fin de Georges.    
Son histoire est par ailleurs une source documentaire sur les gâteries sadiques de l'époque, car on le voit au fil des versions de son martyre, avaler du plomb fondu en quantité telle que n'importe qui d'autre aurait été atteint de saturnisme; être découpé en petits morceaux et frit  genre fondue bourguignonne, mais là, l'huile était de l'huile d'olive; jeté tout entier dans un puits dont il prit un malin plaisir  de sortir aussitôt, bien qu'il fut enchaîné comme Halimi..
    Et, à chaque fois, notre Georges le surréaliste revenait parmi les hommes, frais et dispos..le sourire aux lèvres et recontitué comme à sa naissance..
    Etonnant, non?
Mais il paraît qu'un témoin qui devint son confident jusqu'à sa mort naturelle vers 303 entendit à chaque fois une voix venant d'une nuée et qui sussurrait :
                     "T'en fais pas, j'te soutiens Georges! "
 
                         (elle était trop tentante, celle ci, vous me la pardonnez ?))
 
 
 
Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 08:00
Aujourd'hui, saint Alexandre et saint Epipode..
   vitrail de l'église Saint Irénée, Lyon En voici encore deux qui sont inséparables..
A Lyon, vers 117 après JC, une énième chrétiennade fit le vide dans les églises et nos deux compères furent de la fournée..
A l'époque, ils jouaient pas au foot, ils préféraient les jeux du cirque et les croix de bois / croix de fer..sont ils allés en enfer ?? ben non, puisqu'ils sont saints..allez révisez donc vos définitions !!
      Donc nos deux saints du jour n'étaient pas à Munich pour suivre le match Bayern OL quand la furie sélective des paîens romano/gallo-romains les prit en chasse avec leur évêque, ce bon saint Pothin (attention au H, c'est pas une pelleteuse..), les prit donc en chasse et les rata..Pas Pothin qui  laissa ses fesses aux lions..
Mais, ces deux là, fallait bien qu'ils mangent et qu'ils boivent, alors ils sont quand même sortis de leur cachette..et hop, dans le filet des retiaires..
     A partir de là leur vie devint un martyre..On les fouetta avec le célèbre fouet à boules de plomb, on joua un peu au docteur avec eux, puis Saint Epipode fut décapité en place publique.Après qu'on se soit un peu amusé avec son corps,  Saint Alexandre eut le même sort que son Jésus..il fut cruxifié et mourut comme ça, bouffé par les corbeaux, mais sans le coup de lance dans les côtes..Ca lui a laissé le temps de les voir venir.. 
    Pour plus de détails, voici la Ballade des pendus de ce bon vieux François Villon..
Un peu postérieure en date, avec une variante dans l'accrochage, mais si riche et documentée qu'elle me plaît bien :
  ""Frères humains, qui après nous vivez,
N'ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
Vous nous voyez ci attachés, cinq, six :
Quant à la chair, que trop avons nourrie,
Elle est piéça dévorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et poudre.
De notre mal personne ne s'en rie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Si frères vous clamons, pas n'en devez
Avoir dédain, quoique fûmes occis
Par justice. Toutefois, vous savez
Que tous hommes n'ont pas bon sens rassis.
Excusez-nous, puisque sommes transis,
Envers le fils de la Vierge Marie,
Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
Nous préservant de l'infernale foudre.
Nous sommes morts, âme ne nous harie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

La pluie nous a débués et lavés,
Et le soleil desséchés et noircis.
Pies, corbeaux nous ont les yeux cavés,
Et arraché la barbe et les sourcils.
Jamais nul temps nous ne sommes assis
Puis çà, puis là, comme le vent varie,
A son plaisir sans cesser nous charrie,
Plus becquetés d'oiseaux que dés à coudre.

Ne soyez donc de notre confrérie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Prince Jésus, qui sur tous a maistrie,
Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie :
A lui n'ayons que faire ne que soudre.
Hommes, ici n'a point de moquerie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !
 
                                         ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
 
 la classe, non  ?
allez, à demain..
 
 
 
Repost 0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 06:06
 
Aujourd'hui, saint Anselme.. patron des instits spécializés..
Il disait, paraît-il, préférer dans l'éducation de ses jeunes condisciples la persuation à la discipline..(à son époque -XIème- c'était une performance !).L'instit spécialisé est comme lui.. travaillant sur de la matière mal dégrossie, mal lèchée, au sens que l'on donnait aux ours nouveaux nés, c'est un accoucheur..
Il doit chercher dans l'être qui est en face de lui ce que l'autre ignore même..et faire émerger et venir au grand jour les capacités, les connaissances du pseudo brutos...
...j'y reviendrai un jour..     
Pour l'instant, ce saint Anselme, saint du jour de moi même et du calendrier est un type pas banal.
Oubliées les vierges folles qui se laissent brûler ou se coupent le nez.. Anselme est un moderne avec 1000 ans d'avance..Enfant..il rêvait de moinitude..(néo)..
Puis, jusqu'à 15 ans, victime d'une puberté défaillante, il se voyait nonne..jusqu'à ce que les hormones parlent enfin et l'emmènent sur le chemin de la vie pendant 10 ans..
Et, lui qui était né du côté du val d'Aoste se retrouva en Normandie, à l'abbaye du Bec Hellouin, sept siècles avant que la révolution ne la détruise et alors qu'elle était un lieu de connaissances et de partage..
 De fil en aiguille, pris par la religion,comme d'autres par le shit, il grada rapidement et se retrouva en Angleterre évêque de CantErberury..(d'autres écrivent CantOrbery..je trouve plus joli avé le E).    
A force de faire et d'imposer le christianisme aux rois et autres féaux de l'humanité saxonne et hooligane, il finit même docteur de l'Eglise, ce qui n'est pas rien.. 
     
Et maintenant, une fois n'est pas coutume et c'est la dernière fois -promis-, je vous cite le pape, Ben-hoït Rassinguer qui disait de lui :  
""La clarté et la rigueur de la pensée de saint Anselme eurent pour but de porter l'esprit vers la contemplation de Dieu sachant qu'un tel théologien ne saurait compter sur sa seule intelligence mais cultivera une foi profonde".
 Son activité théologique se développa en trois volets:
- la foi comme don gratuit de Dieu qui doit être accueillie avec humilité,
-l'expérience qui est l'incarnation de la Parole dans la vie quotidienne,
-la connaissance qui n'est pas seulement le fruit de raisonnements mais aussi celui de l'intuition contemplative... ".
                               (source: VIS 090923 - 450)..
  
 
                                                                               Vous voyez..  
                      Même une adolescence ratée peut produire un grand homme..
                                                 Et vivent les instits spécialisés !
 

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 08:32
Aujourd'hui, Sainte Odette    
Il y en avait une d'Odette.. l'Odette qui tenait le café à Bouverans (25), au siècle dernier..et qu'on appelait Odette..    
C'était son nom..    
     Elle portait tous les jours un tablier de ménagère à petites fleurs qu'elle a dû emporter dans son cercueil..Guère plus haute que le bar, tant qu'elle a pu circuler entre les tables, elle venait servir les clients qui étaient tous les jours fort nombreux..
On pouvait aussi manger l'omelette ou l'assiette de charcuterie quasiment à toute heure..   Mais fallait picoler..C'était le temps où les autos ne tuaient que ceux qui ne savaient pas les conduire et où la fumée du tabac gris empestait l'air au desssus des flippers..    Elle est morte maintenant depuis quelques années.. son café a été repris.. c'est plus le même...iL y a des peintures claires et fraiches aux murs, le soleil entre par les nouvelles fenêtres et, comme partout, sous l'écran vidéo, on ne fume plus et on picole à peine pour garder ses points, même si on ne vient que de La  Rivière, à 2.5 km de là.   Mais,en fait, notre tavergiste, par la fréquentation quotidienne des Hommes (mâles), fut un peu le contrepoint de son illustre aînée, celle qui, au XIIème siècle devint presque sainte, juste Bienheureuse Odette..
    Celle ci donc, qui se coupa le nez lorsque son père voulut la marier et qui alla soigner ses épanchements nasaux au couvent avec Jésus comme infirmier..
     Il faut dire qu'elle était  bien née..
Belle comme le jour, son père eut toutes les peines à choisir son futur mari dans la foule des prétendants qui s'était pressée au Château familial dès que sa maturité physique lui permit de montrer au grand jour des appâts qu'elle avait hélas décidé de garder pour Jésus.   Il est vrai que dans ce moyen âge décrié à tort, la maturité des filles ne s'appuyait pas sur un nombre de mois légal qui ne veut pas dire grand chose pour certaines..En contrepartie, chez les riches, on préférait s'occuper de leur mariage sans trop leur demander leur avis..Question de patrimoine.   
Et alors, il y avait peu de footeux en bleu pour s'en plaindre, ni de juges pour décider de l'usage qu'elles voulaient faire de leurs fesses..surtout quand la nuit et noire et que toutes les chattes sont grises...   Donc, Odette était bien née, et on allait lui donner un beau mariage qui devait compenser le versement d'une belle dot..quand, patatras !!..Au lieu de dire oui devant le prêtre qui célèbrait cette union; elle choisit de dire non..      Tout en nasales, cette chère Odette.
        Puis, un peu plus tard, elle se coupa le nez pour éviter à son père de recommencer ses tentatives..Qu'aurait-elle coupé la fois suivante on ne le sait ??
Allez savoir..   Enfin, elle entra au couvent, restant vierge jusqu'à sa mort précoce, autour de ses 25 ans,et évitant à son ex futur époux une peine non moins précoce..
                                C'est beau l'amour..     
    Photos du haut, la fruitière de Bouverans à côté de Chez l'Odette", au milieu, le défilé des majorettes de B, on voit chez l'Odette à Gauche, maison blanche.i
 
 
Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 08:00
Aujourd'hui, Sainte Emma.    
    Y a presque rien sur sainte Emma dans l'histoire..jamais vu ça..Juste Sainte Emma de Grük, une très très riche bonne femme qui mystérieusement devint veuve et fut séparée de ses enfants tout aussi vite, là bas dans la montagneuse Autriche au tout début du XIème siécle..
    Bon... puisqu'il n'y a qu'elle, je vous la décris quand même..
Emma était belle, gentille, très serviable, et à partir du moment où elle se retrouva seule dans son château, elle découvrit la sainteté en se mettant au service des pauvres et des nécessiteux, des malades et des scrofuleux, des sourds et des boîteux.. 
Comme son veuvage dura quarante ans, elle eut le temps d'y aller tranquillement sur le chemin du paradis..    
De toute façon, comme on l'a déjà vu pour tant d'autres dames patronnesses, l'argent qu'elle distribuait ne lui coûtait pas trop à obtenir, vu qu'elle était veuve d'un comte..(sans p) et qu'il rentrait sans plus d'efforts à fournir que des coups de fouet aux réfractaires de l'impôt et quelques emprisonnements imtempestifs pour les récalcitrants..Elle pouvait donc  se payer le paradis puisqu'il ne lui coûtait rien!
En fait, elle était un peu Robin des Bois, sauf qu'elle prenait aux moins pauvres pour donner à d'autres plus pauvres qui, recevant l'obole ne l'étaient plus, et passaient donc dans la catégorie des imposables, et c'était une affaire qui tournait toute seule!
Une sorte de relance de la charité par la charité, mais sans banquier au milieu !
(oui, c'est un peu keynésien, mais bien avant !).
      Puis, vers la fin, doutant que son système suffise pour accéder au septième ciel définitif et durable, elle fit construire plein d'églises et de chapelles dont l'une en souvenir de son petit mari .. Elle lui devait bien ça, non ??
  De toute façon, son blé, elle pouvait pas l'emmener avec elle dans son vaisseau à huit pans et aux poignées dorées, autant qu'elle le dépense..
 
 
Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 08:00
  Aujourd'hui, saint Parfait.    
    Salut François,Claude, Yves, et les autres, salut à tous ceux qui m'ont dit :
"Ne m'oublie pas Sullius, le 18 avril !"    
Je ne vous oublie pas et je sens quel poids la responsabilité qui m'incombe aujourd'hui fait peser sur mes frêles épaules de jamais retraité!!    
Mais avant de débloquer un peu, puisque c'est lundi, ce qui est parfait pour une saint parfait, un lundi extraordinaire, beau comme un samedi d'avril au ciel si bleu, si profond si calme et pourtant tout rayé des traces du progrès ..
Ah, il est loin déjà où sullius disait Merci aux gentils volcans d'Islande qui avaient cloué au sol tous ces fers à repasser à réaction qui vident leurs chiottes au dessus de la Haute saône, qui nous rayent le ciel en tous sens, jusqu'à le défigurer de cirrus mal venus, et qui  grondent des paroles longues et mal formées par dessus les ritournelles endiablées des fauvettes et des merles jouant à "trouve moi  et baise moi  si tu peux " dans les grappes blanches des fleurs de burlat à peine écloses.. Donc, avant de débloquer un peu, voici quelques mots de ce qu'on a retenu de la vie du vrai Saint parfait, pas tous les malotrus qui en ont déjà un de saint patron et qui ont les chevilles qui enflent le 18 avril..    
Saint Parfait vivait en Espagne, du temps où elle était terre musulmane, enfin, un peu plus qu'aujourd'hui, mais malgré cela, il exerçait le métier de curé..
Un jour, il se fit pièger par deux loulous à barbiche qui le dénoncèrent aux autorités religieuses  parcequ'il leur avait dit que leur prophète n'arrivait pas à la cheville de Jésus et qu'il pouvait aller se rhabiller chez les Grecs..
Et, comme disaitt l'autre, le Boutefeu,les musulmans, quand y' en  n'a un, ça va, c'est quand y en   n'a plusieurs que ça va plus..
      Pour Parfait, ça n'a pas été longtemps..Y en avait des milliers !!
      Arrêté, embastillé, jugé  en place publique, on lui coupa le coupa le cou avec cette grande épée courbe qu'on voit souvent au flanc des sarrazins dans Angélique Marquise
des Anges  
Cependant, avant de décéder, il eut le temps de répèter encore une fois tout le bien qu'il pensait de Mmomo et de ses adorateurs, et que rien, vraiment rien chez eux ne pourrait égaler le petit Jésus, celui qui va remonter au ciel une fois encore au mois de mai, pour la 1978 ème fois..
                              Il en a de la constance dans l'action, notre Jésus..
     A partir de là, Parfait, curé de Cordoue, devint Saint Parfait de Cordoue.
       
Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 11:00

Aujourd'hui, Saint Anicet.    

    Je vais vous la faire courte comme  j'ai lu quelque part que 30 secondes est la durée moyenne et souvent maximale d'un visiteur de blog sur une page, je vais vous la faire courte; l'histoire d'Anicet. 

Les visiteuses, je sais pas comment elles font.. A tout hasard, je vais me permettre de vous en présenter une version longue quand même..        

Notre saint du jour n'avait pas de problème avec les filles vu qu'il était pape, un des premiers, le numéro 11..celui qui, dans une équipe de foot, joue sur l'aile à l'avant,à moins qu'il n'aît croisé la route de Domenech et joue dans les buts..

    Pourquoi pas de problèmes avec les filles, parce-qu'il me semble qu'au tout début du christianisme, les prêtres pouvaient se marier avec une personne de l'autre sexe..Et, pour Anicet, faut remonter à 150 après JC...

Y paraît qu'ils n'ont pas de problèmes avec ça, nos curés d'aujourd'hui et que ceux qui s'agitent avec les petits garçons, ils sont tous simplement homos..

 Donc, Anicet était notre onzième pape..

De lui, l'histoire ne raconte pas grand chose..Juste une malheureuse querelle pour savoir quand on zigouillerait l'agneau pascal, et si on le  préparerait avec une sauce au pastis, ou si on le boirait avant, à l'apero, le pastis.

Plus sérieusement, comme les Byzantins ne fêtaient pas Pâques aux mêmes dates, leur évêque venu en trimère depuis Smyrne rencontra clandestinement Anicet de Rome pour tenter d'offrir au fils de Dieu, la même date d'anniversaire de sa passion.

  Faut croire que Jésus les aime décalés et multiples les anniversaires, car ils n'ont jamais pu se mettre d'accord; les chrétiens de l'est et ceux de l'Ouest..  

Remarquez, y en d'autres qui nous font plein d'anniversaires par an..allez, on y va:

"auchan, boulanger, cora, carrefour, intermarché, leclerc)..etc.. y en trop, et y en a un tout près de chez vous, complètez lma liste, et écrivez moi.. !!       

On raconte toutefois que notre cher Anicet n'éconduit nullement séchement son invité Saint Polycarpe qui avait tant ramé pour venir..

Il lui laissa sa recette de l'agneau au pastis, recette qui a traversé les siècles et qui rend délicieuse même la chair des vieux boucs..  

    Il suffit simplement de remplir une baignoire, ou une auge en grès de pastis, et de laisser mariner la viande quelques jours, en n'oubliant ni le sel ni les épices..

Mesdames, qui m'avez lu avec patience jusque là, vous pouvez ajouter du gingembre pour votre petit mari, mais, dans ce cas, n'en offrez pas au curé!

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 08:00

Aujourd'hui, Saint Benoît-Joseph

 Patron des célibataires, voici un saint qui a fort à faire en France en ces temps de divorce assisté par la relance de la consommation..

On raconte même que son effigie trône sur le bureau du patron de Meetic, qui, avant de se lancer dans le business très très lucratif de la solitude humaine, était allé bruler un cierge dans l'église d'Amettes (ou Ameth), lieu de naissance de B-J.

Car la vie de saint Benoit-Joseph commença dans le nord de la france en 1748, où, aîné d'une famille de 15 enfants, son oncle l'orienta dès son plus jeune âge vers la prêtrise, métier qui à l'époque nourrissait correctement son homme..

Mais c'etait pas son truc à Benoît-Joseph..

Perdre ses forces et sa foi à écouter les jérémiades d'une même population pendant toute sa vie active lui apparut vite au dessus de ses forces, et sans même le commencer, il arrête tout de suite le grand séminaire où son oncle l'avait inscrit.  

Son idée à lui, BJ, c'est de devenir moine, Charteux, de préférence. Aahh, le calme, la nourriture saine, les corvées acceptées avec joie comme un ciment de la communauté, voilà ce qu'il lui faut, voilà un vrai service de Dieu!..

Hélas, si lui voulait  bien des Charteux, les Chartreux ne voulaient pas de lui.. L'histoire raconte qu'il essaya trois monastères différents se faisant jeter à chaque fois..On n'est paraît-il pas sérieux quand on a 19 ans..

Quittant alors son Nord natal, Benoît Joseph prit la route du sud pour une itinérance qui lui mit près de 30 000 kilomètres au compteur, et à pied, pas en auto..

A son programme, les pays européens proches du nôtre puis Rome, Rome qui le vit en pélerinage plusieurs fois avant de l'accueillir jusqu'à sa fin terrestre dans les ruines du Colisée.

Raccourci de l'histoire, c'est dans ce lieu de persécution des chrétiens qu'il vécut les dernières années de sa vie comme un SDF..

Ayant refusé toute possession et toute matérialité, Benoît-joseph, au fil de ses errances avait affiné sa vision de la vie et du service de Dieu :

Vivant très très pauvrement, il faisait l'aumône pour en redistribuer le fruit aux déshérités qui peuplaient les bas fonds de la ville sainte.

Chantant des prières et des oraisons la journée entière tout au long des rues et aux fenêtres des prisons, il avait décidé de ne plus se laver, et son corps, doucement recouvert de saleté et de vermine suscitait immanquablement l'horreur et provoquait des dons..

Chacun son astuce..Mais c'est vrai que ça fait vendre l'horreur!

 Vous pensez bien qu'à ce régime là, sans manger, sans se laver, à dormir dans les souterrains humides du colisée, et dépensant le peu d'énergie que lui laissaient ses totos et autres morpions à prier et à faire le bien, notre saint n'allait pas finir centenaire..

Il ne finit pas centenaire, mais s'éteignit à 35 ans le matin du mercredi saint 1783, recueilli par un boucher qui l'avait trouvé agonisant sur les marches de l'église Santa Maria del Monti. (le 16 avril) 

Son décès est resté célèbre car propagé plus vite qu'une rumeur sur Twiter par les gamins des rues qui l'annoncèrent Urbi et Orbi, aux cris de "Le SAINT est Mort !"

Benoît-Joseph n'avait cependant pas terminé son oeuvre de piété.. Car, même de là- haut, au pays des anges, il reprit du service en intermittence pour distiller de temps à autre un petit miracle toujours bienvenu.

                                     Célibataires, priez donc Benoît Joseph,

 même si vous ne savez pas pourquoi!

 

Et i vous ne voulez pas le rester,

 ne vous contentez pas de virtuel

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 08:00

Aujourd'hui, Saint Paterne le Breton.       

On dit de lui que l'invoquer fait venir la pluie..

Peut-être parce qu'on a en tête ce joli petit refrain : " Un p'tit coin d'parapluie contre un coin d'paradis.." Lui, Paterne, je sais pas quelle surface il occupe au paradis, mais il doit la partager avec un de ses homonymes, même si elle n'est pas plus grosse qu'un parapluie. 

Car, le 15 avril, il y deux saint Paterne, évêques tous les deux, hommes de foi extraordinaires tous les deux; l'un dit  "L'ancien", basé à Vannes, le second, plus récent d'un siècle (VIème), dit "d'Avranches ou de Coutances".

On dit du second que sa vie fut à ce point admirable au service de Dieu qu'il fut canonisé presque de son vivant (à 10 ans près), alors que le premier dut attendre un bon millier d'années et quelques siècles encore pour devenir saint..    

Il faut vous dire que le second a bien profité du travail du premier qui dut batailler ferme pour imposer le catholicisme gallo-romain à des bandes de hooligans venus de Grande Bretagne qui ne célèbraient la messe qu'à la cervoise; et avaient une version celtisée de l'enseignement de Jésus..(Les anglicans étaient déjà là en germe..).

Fondant églises et abbayes, Paterne de Vannes évangélisa si bien l'ouest de la Gaule que Paterne le second n'eut qu'à poursuivre son oeuvre...

Non qu'il en avait franchement envie, puisqu'il avait décidé au départ d'aller faire l'ermite avec son pote Scubillon  du côté de la suisse normande..

Mais, rattrapé par ses mérites, il lui fut imposé de prendre en charge l'échevêché d'Avranches à 70 ans et il mourut bientôt; et, paraît-il, le même jour que son compagnon d'ermitage, Saint Scubillon en 565.    

                          On fait pas toujours ce qu'on veut dans la vie.

 

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article

Profil

  • SULLIUS
  •   Peintre expressionniste régional qui ne demande qu'à devenir national avec un petit coup de main des amateurs....

        ATELIER et GALERIE dans un petit village de la verte Haute saône, en Franche-comté
  • Peintre expressionniste régional qui ne demande qu'à devenir national avec un petit coup de main des amateurs.... ATELIER et GALERIE dans un petit village de la verte Haute saône, en Franche-comté