Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 08:55

 Bonjour aux Martines

Eh oui, vivent avec "ent"..paraît que c'est l'orthographe correcte parceque on accorde le verbe avec son /ses sujets/s..
pour le s à martine, je sais plus et j'ai la flemme ce matin..
Elles n'ont qu'à s'appeler Yves ou Jacques ou Félix, comme tout le monde..hein mon chat  !!
Martine..
Encore une fille de riches qui vend tout le patrimoine à la mort de ses parents pour faire la teuf avec les pauvres..
Belle éducation !
 Des générations d'exploitation des gens du peuple, des siècles à guerroyer partout autour de la mare nostrum pour remplir le domaine d'esclaves payés à coups de trique, et pouf !!
Pouf pouf..On meurt et la fille mal élévée balance tout sans même une reconnaissance de dettes, juste pour se payer le paradis.
J'espère qu'elle a eu le paradis, la Martine qu'on a béatifié et casée le 30 janvier sur notre calendrier parceque si elle s'était contenté de vider le coffre fort de papa, on n'en n'aurait pas causé beaucoup..
Voici l'histoire telle que la relate les chroniques :
Martine naquit romaine et fille de Consul..au début du 3 ème siècle. A la mort de celui-ci, elle  se lâcha complètement dans l'exercice de sa foi chrétienne et se fit attraper en prières dans une église où visiblement sa présence n'était pas souhaitée par les autorités religieeuses de l'époque qui préféraient lever le coude en l'honneur de Pan, ou prier Vénus au bordel.
(je me serais bien fait missionnaire à l"époque!)
Donc la voilà arrachée à son Prie-Dieu sans ménagement ni respect pour ses origines familiales..
Présentée à l'Empereur du moment,
(lequel, je sais pas, de toute façon, si c'est une légende, on s'en balance du numéro de l'empereur!), elle est invitée à renoncer à Jésus et à prier les idoles précédemment citées.
 Las..Elle y mit tellement de mauvaise volonté, épuisant tour à tout quelques dizaines de bourreaux qui n'en pouvaient plus de :
-la frapper à coups de poings
-l'écorcher avec des ongles en fer
-l'attacher à 4 pieux et la fouetter
-verser de l'huile bouillante sur ses plaies
(serait-elle la patronne de la fondue bourguignonne?)
-la déchirer avec des peignes de fer (pour en faire du Soulages ?)
-la jeter à un lion qui lui trouva si mauvais goût avec l'huile rance jetée sur son corps qu'il la dédaigna
-l'écorcher jusqu'aux os, et  résistant tellement qu'on finit par lui couper la tête..
Là, Jésus, fatigué aussi, ne fit rien pour elle, alors que précédemment, il guérissait tout au fur et à mesure, je vous l'avais pas dit encore..
Allez un dernier jeu de mots..
Martine, à la fin, on pouvait en faire des tartines vu qu'elle était presque en rillettes..
Avec la tête, j'ai bien une proposition basée sur mon petit vécu de fils de paysan:.
Quand j'étais gamin, on tuait le cochon deux fois par an à la maison..
     Je préférais celui de l'automne quand il faisait frais le matin, je crois que l'ambiance était plus sinistre. 
L'animal, attaché par une cordelette à  une patte arrière était traîné, tout hurlant dans la cour où un coup de merlin bien placé l'occisait.. La mort, confirmée par le geste auguste du saigneur, ne tardait pas à venir..
    Porté dans le saloir rempli d'eau bouillanrte qui fumotait dans le petit matin blême, le porc était baigné et remué sur deux chaînes passées sous son corps..
Lorsqu'il etait considéré comme bien propre par le maître de cérémonie, notre père, on retournait le saloir pour le vider de son eau sale, et on allongeait le long corps blanc sur les planches du fond devenu une table d'esthéticienne..
En effet, chacun  à ce moment s'activait avec des petits racloirs pour débarrasser la peau de  la bête de ses poils et autres pilosités et ongles superflus..
 L'horreur c'étaient les oreilles..On les laissait au père!
Une fois tout propre, il était pendu, ouvert, vidé, etc etc..comme sainte Martine, et, avec la cervelle et la moelle épinière, bouillies lentement au coin du feu,  notre vieux père nous faisait au goûter des tartines sur des tranches de pain qui avaient grillé sur la cuisinière..
Tant pis pour sainte martine..de toutes façons, d'après la légende, son corps fut veillé par deux aigles qui ne laissèrent approcher personne pendant deux jours..et la cervelle, faut pas que ça traîne !
+++++
 demain dimanche..marcelle
.gaffe à ta cervelle.

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS (clique sur la photo) - dans Vie des Saints
commenter cet article
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 09:21

Aujourd'hui, Saint Gildas de RHUYS 
 Encore un fils de riche qui choisit la pauvreté :
Gildas, d'après sa biographie écrite vers le douzième siècle
par Caradoc de llancarfan,était un des fils de Caw, roi de Strathclyde  et aurait été éduqué par Ildut de Llantwit à Llantwit Major, près de Cardiff. Devenu fondeur de cloches de profession (profession étonnante pour un fils de roi -à moins qu'il n'aît espéré devenir le roi des cloches?),il passa sept années à l’abbaye de Rhuys en Bretagne.Puis, il remplaça Saint Cadoc, l'abbé de l’abbaye de Llancarfanau Pays de Galles, pendant un an.
Après 528 il s’établit à Street, dans le Somerset (près de Glastonbury) et construisit une lan (forme bretonne) ou llan (forme galloise),ermitage comprenant église et enclos, dont le tracé serait encore visible à Holy Trinity.Revenu en Bretagne vers 544, il demeura à Rhuys,
 jusqu'à ce que Dieu le rappelle à lui,ne s'autorisant qu'une balade irlandaise vers 565,avec stage "no kill" et soirées au pub..
D'après sa légende, il ressucita la fille d'un roi du coin qu'un très vicieux comte avait trompée pour coucher avec elle. 

Gildas, en quelques mots, mit à l'épreuve le prétendant dans son abbaye en le mettant au pain sec et à l'eau pendant un an pour refroidir ses humeurs mariesques.(il aurait dû essayer le bromure). Las, au bout d'un an, le soupirant était toujours chaud comme de la braise et Gildas finit par le recommander au père de la belle..Celui ci permit le mariage qui ne dura que trois mois jusqu'à l'évasion de la jeune épouse que le mari avait enfermé au cachot pour qu'elle y meure de faim.C'est là que réapparaît Gildas..
La belle, ayant reçu un coup d'épée mortel de son cher et tendre,mourut au pied des murs du château de son père,mais Gildas, par l'imposition des mains ramena l'épouse en ce monde pour en faire une bonne soeur de plus..(elle ne pouvait pas faire moins!)
Je ne connais pas de Gildas..(oui, je sais, y a le vieux inoxydable de C+..)
Mais j'ai le souvenir d'une Gilda, première épouse de mon cousin Yvon, comte d'Achey, lointain descendant des Granvelle et autres particulés de la franche comté. 
Yvon a ceci de particulier qu'il se pense réellement Chevalier, comme le furent ses ancêtres (et les miens du côté maternel) du temps de la troisième croisade..
En fait, je crois que sa machine à voyager dans le temps est coincée sur l'époque d'Arthur et de Gildas de Rhuys !Aujourd'hui, il est marié à Dame Roxane, Mélissandre et Tristan ayant le bonheur d'être leurs enfants!  (eh non, je n'invente rien !!). Je les ai mariés en mairie de Meurcourt.Ils s'étaient habillés en voyageurs du temps -curseurs Moyen Age..(oui, je me répète, c'est l'âge),lui, en cote de mailles et heaume..elle en robe de l'époque..les invités aussi !!
  Je l'avais prié de laisser son épée au vestiaire, ne sachant trop si j'avais le droit de marier un homme armé ! Sacré Yvon !
Avant de fermer cette page, je voulais  préciser une curiosité phonétique du mot  gallois "LLan", devenu préfixe de nombreux lieux:
Ayant passé quelque temps en Galles du Sud, vers LLaneLLi, à côté de Pwll, j'y ai appris qu'on proconce les deux "l" avec le son "CH..oeu" en chuintant les l..
ce qui donne pour llanelli : Cha..noeu..chli, et surtout pas comme le prononcent  ces gars de la télé quand ils commentent les matches de la coupe d'Europe de rugby : Kla.. ne..  Kli

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS (clique sur la photo) - dans Vie des Saints
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 09:23

Aujourd'hui, Saint Thomas d'Aquin
Je n'avais aucune idée de la Vie de Saint Thomas d'Aquin que je prenais tout simplement pour le prénom de l'apôtre qui avait mis son doigt dans les plaies de Jésus Christ ressucité pour croire en sa résurrection.
Mais ce n'est pas lui..
Me souvenant de trucs assez lointains que m'avait dit mon pote François, prof de philo, ancien instit remplaçant, philosophe autodidacte, ayant réussi en 5 ans sa reconversion en agrégé de philo en prenant des cours du CNED

 et de la faculté de Strasbourg,
 je vis bien que ce Thomas était un gros morceau.
Alors voilà, pour une fois, je vais laisser la parole, sans états d'âme ni vergogne
à ce très cher wikipédia dont voici le lien pour d'Aquin (italie centrale)..
Départ imminent, attention à la fermeture automatique des portières...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_d'Aquin
 Et, comme je sais bien que ce matin, la neige tombée en abondance sur les routes vous fait partir plus tôt au boulot, je vous ai recopié mot pour mot

 les premières lignes de l'article :
  "(né vers 1225 à Aquin, près de Naples, en Italie du Sud, mort le 7 mars 1274 à l'abbaye de Fossanova près de Priverno dans le Latium)

  c'est un théologien et un philosophe italien, membre de l'ordre dominicain.
Considéré comme l'un des principaux maîtres de la philosophie scolastique et de la théologie catholique, auteur d'une Somme de théologie, il a été proclamé docteur de l'Église en 1567 et « Docteur commun » en 1880.
Appelé le « Docteur angélique » par l'Église catholique, il est considéré comme le patron des universités, des écoles et des académies catholiques.

 Son corps est actuellement conservé à Toulouse.
Dans la continuité du propos de l'Église catholique, Thomas d'Aquin a proposé, au XIIIe siècle, une oeuvre théologique qui repose, par certains aspects, sur un essai de synthèse de la raison et de la foi, notamment lorsqu'il tente de concilier la pensée chrétienne et la philosophie réaliste d'Aristote, partiellement transmise en Occident par l'intermédiaire des philosophes arabes.
Il distingue les vérités accessibles à la seule raison, de celles de la foi,

 définies comme une adhésion inconditionnelle à la Parole de Dieu.

 Il qualifie la philosophie de servante de la théologie
 (philosophia ancilla theologiae)
 afin d'exprimer comment les deux disciplines collaborent de manière 'subalternée'
à la recherche de la connaissance de la vérité, chemin vers la béatitude. "
 
. etc..etc..."


Bonne journée,
 demain, saint Gildas

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS (clique sur la photo) - dans Vie des Saints
commenter cet article
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 10:22

Sainte Angèle..tiens, il gèle !
 Eh oui, elle était facile, celle là !
Mais c'est vrai que ce matin, dans mon petit coin de Haute-Saône, il a bien gelé cette nuit..Maintenant, à près de 10h30, le soleil radieux qui enchante le ciel a déjà réchauffé tout l'adret..
Revenons à Angèle..
Du grec eggelos, le messager, on y reconnaît le mot Ange..
Mais, vous en connaissez beaucoup des vrais anges, vous ??
 A part sur tf1, -et il paraît que c'est pas une vraie-, j'en connais pas ..
Sainte Angèle se serait appelée Angèle de Foligno; puis, se retrouvant veuve
et sans enfants à 18 ans, elle choisit, elle aussi comme tant d'autres, le service de Dieu..
Elle aurait eu une vie mystique intense avec une ligne directe avec la Sainte Trinité..
(NON, non, pas une partie à 4, c'est pas ça!)
Une Angèle, j'en ai connu une dans mon village..
De son nom de jeune fille peu se souviennent, vu qu'elle s'était mariée jeune
au Jacky Chev..., et qu'ensemble, ils avaient conçu du mieux qu'ils le purent
une fille plutôt réussie si l'on compare le résultat à la somme improbable
de leurs deux génomes..
Ils l'appellèrent Véronique, qui, d'IME en IMPRO, et en CAT, vit aujourd'hui
en foyer protégé avec une beau garçon aux moustaches de gendarme qui
 lui rend bien son QI..
Je les croise parfois dans les rues de Vesoul, poussant un landau dans
 lequel gésit leur bienheureuse progéniture..
Je reviens à mon Angèle..
Elle n'avait pas la vie facile avec son Jacky, tant qu'à la fin, elle finit par le
quitter et divorcer..Il faut dire que Jacky était Radin..Très radin, avare au possible..
Il était ouvrier paysan comme ça se faisait encore dans les années 70,
et partageait son temps entre la sablière où il recevait un salaire et la petite
 ferme familiale où il s'occupait de bêtes "à viande" qu'il vendait tous les ans
 au maquignon de Conflans, celui qui n'avait pas besoin de savoir lire
pour compter les billets! (le colomban !)
Chez Jacky et Angèle, on comptait les sous et, d'après les voisins,
il ne sortait de cette maison que la fumée..
Un mien cousin qui acheta la maison à la mort de Jacky découvrit une
salle bains dans laquelle n'arrivait que l'eau froide!
Jacky roulait toujours en tracteur dans le village..
Il avait un renault D30 ou D22, je sais plus qu'il conduisait au pas pour ne pas user le fuel..
Il est mort il y a une bonne seizème d'années, le Jacky.. Oh, pas de vieillesse :
Après une disparition mystérieuse, pendant laquelle,on le chercha partout, on le retrouva, 
flottant et tout gonflé sur un des étangs qui se forment dans les sablières quand on a extrait tout le sable.
Il était remonté là, au bout de plusieurs semaines, quand la légereté des gaz de putréfaction avait compensé le poids des pierres qu'il avait entassé dans ses poches de veste pour couler bien au fond de l'eau froide et boueuse..
C'est pas gai, je sais bien, ...mais un suicide peut-il être gai ??
Au moins, il ne s'est pas jeté contre un camion, lui..oui, j'en connais, je vous le conterai en temps utile!

 demain..saint thomas d'aquin..

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 10:15
Soulages (4)
Dimanche matin, ..le grand jour..Réveillé tard, vers 9h30..
Douce nuit calme et tranquille, juste un peu de bruit quand les éboueurs sont passés vers 6h00..On traîne un peu au lit, puis vers 11 heures, après avoir fait les bagages et les avoir confiés à la patronne de l’hôtel (le spéria), on se décide à partir vers Beaubourg..
Grand soleil sur Paris..ça change la vie..
Plutôt que de jouer aux taupes, on décide d’aller à l’expo Soulages pedibus cum jambis…
Super balade d’une demi heure ou à peine plus, vu qu’on s’est arrêtés à une terrasse pour boire un thé et un café..
En terrasse, avec le soleil sur le crâne, les lunettes de soleil et les gants, on se serait cru à,Avoriaz..
A côté de nous, deux mamies de choc déjeunaient avec une omelette et une carafe de rouge..Les gens déambulaient pas pressés, plutôt élégants dans ce coin là…Un peu plus loin, on s’était arrêtés devant une boutique de fringues dans laquelle la dernière collection Kenzo était soldée( en partie).. Super fringues, belle coupe et beau tissu…et pas vraiment trop chères..
Mais Peintex n’en veut pas, il a peur d’être trop beau et de se faire remarquer, alors qu’il a tout pour bien porter du kenzo avec ses épaules larges, sa taille fine et sa coupe de cheveux bien dégagée au milieu..
Après notre petit déj, comme le soleil commençait à s’emmitoufler dans une couverture de gros nuages gris et qu’on commençait à se peler le jonc, nous voici partis pour Beaubourg..
Arrivés là-bas, bonne surprise, comme il était midi, pas de queue, pas de touristes.
Sur la gauche de la place pavée qui descend vers l’entrée, une vieille femme, plutôt mittel europa, assise par terre au milieu d’une sorte de carré dessiné par les traces sableuses de 4 poteaux qu’on avait dû planter là il y a quelque temps en enlevant les pavés correspondants.
De ce tas de chiffons qu’on devinait humain sortait un son monocorde et répétitif, une sorte
 de crin crin d’outre-tombe..
La vieille harpie jouait de la musique pour attirer l’attention et récolter quelque sou.
 Sans beaucoup de succès d'ailleurs..
Après la fouille réglementaire bien légère toutefois, on entre et direction le dernier étage. Soulages est là, non, pas lui, ses oeuvres,.
On commence par les plus anciennes, d'avant guerre : des traits au pinceau large sur du
 papier jauni, une oeuvre sur verre cassé puis on progresse dans le temps et on change de format.
Le noir apparaît pour tout doucement prendre toute la place sur la toile;
 dommage, les rares oeuvres où suinte un peu de rouge, de jaune ou de bleu me plaisaient bien.
Puis, de plus en plus grandes, les oeuvres marient noir et blanc jusqu'à atteindre une telle monumentalité que des bancs ont été disposés devant elles pour tenir le coup !
   Après cette salle, un petit passage sombre, noir même : le commissaire de l'expo a fait le choix d'accrocher sur des câbles trois toiles récentes, complètement noires, sur un fond noir, avec juste la lumière du couloir. (Même le capteur de fumée a été peint en gris foncé!)
C'est pas mal
Salles suivantes, on retrouve les mêmes motifs, les mêmes punitions: de grands formats noirs ou noirs et blancs, brillants ou mats, ou les deux, les trois à la fois...bis repetita à l'infini, comme de grandes tablettes de chocolat noir rayées, griffées, imprimées, etc...
A la longue ça finit par saoûler et les rares impressions positives se dissolvent dans le sentiment que décidément il est trop facile de passer de l'inspiration à la répétition.
Pour finir, Peintex, épuisé et désabusé par ce qu'il m'avoua ressentir comme du charlatanisme, se laissa tomber dans un canapé blanc, au bord du vide en face de Montmartre et m'invita à l'y rejoindre, ce que je fis volontiers..
Là, on passa un bon moment à regarder les gens qui passaient, mais bien peu avaient le sourire..
Nous, on l'a retrouvé plus tard le sourire, lors de la visite aux oeuvres de la collection permanente du musée..avec un détour au pays de l'horreur
Mais ça ce sera pour plus tard.

A bientôt !!
Repost 0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 07:42

 Sainte Paule..éloge de la pauvreté.
    Tout ce qu'on peut lire sur Sainte Paule détaille à qui mieux mieux sa recherche du dénuement et du don total de soi, dès le moment où elle eût choisi le service de Jésus Christ.. elle est surtout connue par l'intermédiaire des paroles (rapportées) de Saint Jérôme  qui fut pour elle un guide spirituel et qui lui vouait une admiration sans borne..
Maintenant  une brève fiche d'état civil:

 "Née vers 347 dans une noble famille romaine, mère de cinq enfants, elle devint veuve à 33 ans et suivit alors saint Jérôme. Elle partit avec sa fille sainte Eustochium en pèlerinage avec lui en 385 dans les Lieux saints, et s'installa à Bethléem où elle fonda de nombreux monastères.

On dit que son corps repose depuis le IXe siècle dans la cathédrale de Sens."

Elle mourut plus pauvre que Job en 406   .
Voilà, c'est tout pour la Paule historique..eh oui, j'ai la flemme et pour tout vous dire, les saintes qui sa laissent mourir de faim ne me passionnent guère !!
 Au diable l'anorexie !
  Moi, j'en connais pas des Paules, juste deux Marie-Paule dont l'une fut ma directrice de service au début de ma carrière..Une femme à la fois très femme et qui,portant la culotte, savait faire avancer les choses et les gens..
Et vous, vous en connaissez des Paule ??.;

..allez, lâchez vous!

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 16:02

soulages-3

On s’était quittés place de la bastille..

     Damien décide de nous emmener dans une petite rue où l’on devait trouver un restaurant italien, comme là bas !..Pas moyen de réserver, c’est comme ça, ils prennent les gens comme ils viennent..!

Après quelques hésitations pour trouver l’endroit, on entre..difficilement dans la place..le resto sentait bon les pâtes et la pizza au feu de bois.., une grosse couverture brune derrière la porte tenait lieu de coupe froid et le barman regardait un match de foot d’un championnat étranger sur une télé grosse comme un ordinateur des années 70..

On arrive à rentrer en bourrant les gens qui bloquaient l’entrée, et on demande pour manger..

Mais las..trop d’attente décourage le client, et les clients découragés, ce soir ce furent nous..Si au moins ils nous avaient payé un coup de grappa pour tuer le temps..!

Donc, on repart à la Bastille, et, après quelques pas, on aboutit dans la grande brasserie

à côté de l’escalier qui sort de l’opéra miterrand.. On entre, on s’installe.. là, pas de soucis, y avait de la place..On nous place sous l’escalier de béton qui mène au dessus, sullius et moi, bien dessous, puisqu’on est les plus petits..
Un grand comme mon frère se serait buté la tête !

    Ambiance tamisée, on voit à peine le menu qu’on nous apporte derechef, et c’est parti..Un peu partout des couples jeunes, plein de serveurs en noir, ou en noir et blanc...le nôtre qui rapplique pour la commande était en noir et blanc avec un accent espagnol - on apprendra plus tard de sa bouche qu’il vient de Barcelone-

Peintex, mort de faim commande une entrée, ainsi que mon frère..Pour le premier des harengs saurs, et six escargots pour le second..Avec les deux filets de harengs nature, (sortis de la boîte), le cuistot avait préparé amoureusement dans son micro ondes trois jolies petites pommes de terre «à l’eau façon vapeur»;
 ça démarrait mal d’autant plus que s’il avait fallu habiller les escargots, c’était pas XXL qu’il aurait fallu!
Mais bon, on avait quand même faim, alors quand la suite est arrivée, on s’est jeté dessus avec entrain..Globalement, c’était pas mal..Mon hachis Parmentier valait celui de la cantine de l’école de mes fils, et la blanquette de veau de Peintex avait un bon goût de fond de sauce «Knorr (eh oui, on peutr pas toujours dire maggi!)..
Qu’avaient pris nos deux comparses, m’en souviens plus..Souvenir oubliable sans doute ou acte manqué..qu’importe..

Au crédit de ce joli estaminet, je mettrai tout de même le vin blanc..servi un peu frais toutefois, et qui a accompagné notre repas jusqu’aux crambles de Damien et moi, des crambles aux poires et au chocolat..Mon frère se contentant d’un café gourmand..Peintex, rien au dessert, comme d’habitude

La note, facile à partager était un multiple de 40 plus 30 centimes..Mais le castilllan serviable a quand même reçu un pourboire! Le Franc-comtois n’est pas rancunier !!

Fin de la soirée à l’hôtel..et une nuit très douce et très calme..


Prochaine lettre, expo Soulages et retour à Besançon..

Repost 0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 06:51

25 janvier.. Conversion de saint Paul
    Eh oui, notre saint Paul que l’on les 17 mars a droit à l’anniversaire de sa conversion..
Conversion à quoi , me direz vous ??

     J'’en sais pas plus que vous..
Alors, je me gratte fort entre les deux oreilles, et voilà qu’il me revient des éléments de cathéchisme, quand le Père Lafleur exerçait encore son ministère à Meurcourt..
    Faire le cathé, comme confesser les gens était pour lui le mauvais côté du métier de curé.. A l’époque, j’étais enfant de choeur, et, tous les matins avant l’école, j’allais servir la messe du matin, à 7h30..
C’était une mini-messe qui ne durait qu’une petite demi heure et que l’abbé était obligé de faire parceque, tous les matins, y venait une vieille bigote qu’on appelait «la comtesse» vu qu’elle s’appelait Madame Lecomte..
Elle arrivait à petits pas pressés et silencieux et s’installait à son prie-dieu, toujours le même et de ses lèvres sans repos, sortaient alors comme des sifflements de serpent..
Elle chuintait comme une cocotte minute en fin de vaporisatiobn, la mémé..
    L’abbé Lafleur était un super curé..Si par malheur, il prenait l’envie à quelque(s) jeunesse(s) de se marier, il les confessait au Canard Duchêne..
    Nous, les enfants de choeur, déguisés tous les matins en communiants, il nous donnait 1 franc..une pièce qui aujourd’hui vaudrait bien 5 euros..
    Lafleur, on l’a enterré en 89..il vivait sa retraite chez les soeurs dans ce village du Doubs. Je suis allé à l’enterrement à rougemont le Château..Je n’avais jamais vu autant de curés d’un coup..Il y avait tous ses copains de séminaire, presque toute sa promo, vu que c’était lui qui avait pris le wagon de tête dans le train du bon Dieu..
  Dieu..
Tout cela nous ramène à Paul qui s’appelait Saül en son temps et dont le passe temps favori était la chasse aux chrétiens, là bas dans sa Pharisie natale.
C’est là que Dieu, d’après ce qu’on raconte, exaspèré par tant de haine, lui apparut et lui demanda des comptes du côté de Damas..
Fallait pas rigoler avec ça..
les chrétiens à l’époque, y en n’avait pas assez pour gâcher comme dirait Guy R...
Donc, Saûl, convaincu de se fourvoyer changea de nom et se fit une petite place dans le calendrier chrétien en mars, le mois de dieu de la guerre chez ses potes les Romains.

C'est tout pour ce matin, je vais au turbin..
 Je vous raconterai la suite le 17 mars si dieu me prête vie et ne bugge pas overblog

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 09:38

24 janvier François de SALES


Aujourd'hui, saint François de Sales..le Savoyard..

 Attention, il y existe une bonne liste des Saints appelés François en plus de celui ci plutôt récent, les voici :

François d'Assise  †1226, fondateur de l'ordre des Franciscains ; le plus célèbre, dêté le 4 octobre

François de Paule  †1507, fondateur de l'ordre des Minimes ; fêté le 2 avril

François Xavier - †1552, jésuite et missionnaire ; fêté le 3 décembre

François Borgia - †1572, ou François de Borgia, duc de Gandie, puis général des Jésuites ; fêté le 30 septembre ou le 3 octobre

François Solano - †1610, franciscain et missionnaire à Lima au Pérou ; fêté le 24 juillet ou le 14 juillet
.
François Caracciolo († 1608), clerc régulier, un des fondateurs des Clercs Réguliers Mineurs ; fêté le 4 juin

François Antoine Fasani  †1742, né à Lucera dans les Pouilles, prêtre de l’Ordre des Mineurs conventuels, prédicateur, confesseur et théologien ; fêté le 29 novembre
François Jaccard et Thomas Tran Van Thien, martyrs au Vietnam ; fêtés le 21 septembre.


Mais revenons à François de Sales.

   Saint et docteur de l'Église catholique, il est né au château de Sales près de Thorens-Glières (ville du duché de Savoie)  .

  Issu d’une famille aristocratique, il choisit le chemin de la foi.
Consacrant sa vie à Dieu, il renonça à tous ses titres de noblesse.
Il devint l'un des théologiens les plus considérés au sein du christianisme. Ce grand prêcheur accéda au siège d’évêque de Genève et il fonda l’ordre religieux de la Visitation.

Il est le saint patron des journalistes et des écrivains..mon saint aujourd'hui, et j'ai décidé de nous l'attribuer comme SAINT PATRON des BLOGGEURS..
Et pourquoi donc, qu'a t-il fait ??

     Homme d’écriture, il laissa une somme importante d’ouvrages, témoignage de sa vision de la vie.   Il fut l'un des premiers théologiens de son temps à savoir profiter de l'imprimerie.
  Ses publications imprimées comptent parmi les tout premiers journaux catholiques au monde.

   Dans l'exercice de ses fonctions ecclésiastiques, François de Sales entreprit d'écrire des lettres personnelles aux gens qu'il ne pouvait atteindre. Il innova également dans la diffusion de l'idéologie catholique en faisant appel à l'imprimerie pour éditer des textes.
Il les placarda dans de nombreux endroits publics. Il en distribua aussi sous les portes des habitations.
Ces publications imprimées de façon périodique sont considérées aujourd'hui comme formant l'un des premiers journaux catholiques au monde.
  Personnellement, j'ai visité le château de Saint françois de Sales, à Thorens...
M'accompagnaient mon fils Augustin et ma soeur Dédée..
 Facile à trouver, même en 2000, sans GPS, c'est un mignon petit château entouré de verdure et qui semblait à l'époque bénéficier des soins attentifs de ses propriétaires..
Une équipe de compagnons couvreurs étaient à l'oeuvre sur le toit du bâtiment abritant l'entrée..et tout le reste montrait que ce château était bien suivi..
   Lors de la visite, je me souviens de magnifiques tentures / tapisseries racontant des histoires de la Bible, et des vitrines présentant les vêtements et les divers objets cultuels utilisés par le saint..
  Finissant la visite par les caves et la cuisine, on se retrouve au soleil dans une cour gravillonnée dans un état de paix intérieure dont je me souviens encore des années après..
j'avais pris quelques photos , je devrais pouvoir les retrouver et les faire passer sur overblog..
...à demain..

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 14:44

 Saint Barnard..et la séparation après 7 ans

 

Un peu de retard aujourd’hui, quelques problèmes sérieux de connection internet..résolus grace à mon pote Bardou du valdahon.. merci bardouche!

revenons à Barnard.

Je connaissais pas ce saint..

Mais, en cherchant un peu, je l’ai retrouvé ce sacré Lyonnais..

Quittant sa région d’origine (près de Lyon, il se marie et vit à la cour de l'empereur Charlemagne.
 là, il bosse bien mais reçoit l’appel de Dieu, alors, avec l’accord avec sa femme, après sept ans de vie commune, il se consacre à Dieu au monastère d'Ambronay-en Bresse. (aujourd’hui, dans l’Ain)

Serait de là qu’est venu le poncif volontairement accepté par beaucoup de gens que la septième année est la plus dure lorsque qu’on vit en couple..et qu’elle est bien souvent l’année de la séparation (?),..

Devenu archevêque de Vienne sur le Rhône, en 810, il devient l'un des personnages les plus influents de son temps, n'ayant jamais perdu de vue les relations qu'il avait nouées à la Cour du Grand Charles ..(le premier, pas de gaulle!)

                                            croix noire sur fond jaune   Enfin,avant de mourir, pas encore comblé d’avoir    assez   bâti,  il fonde en 837 l'abbaye de Romans ..et c'est là qu'il retourna à Dieu..en 841...

 

Il serait le saint patron des bouviers,
 mais aujourd’hui qui conduit les boeufs ?? même les vaches sont GPS sées..avec les colliers cartes à puces..et elle rentrent toutes seules à l’étable pour la traite. Et les chiens de bergers ne servent plus qu'aux câlins..
.

      Moi, curieusement, quand on me dit BARNARD, je pense à la première greffe du coeur sur un humain après moult expériences sur notre cousin les plus proche..le porc.
 Je me souviens, en 75, je crois, ce chirurgien sud africain avait stupéfié le monde..
Ce qui m’avait le plus étonné c’était sa nationalité..J’oubliais qu’au temps de l’Apartheid
,

les blancs d’Afrique du sud ne manquaient pas d’argent pour se soigner..
Vive le diamant !


Et vous, vous en connaissez des Barnard (s)

   demain, si je me lève assez tôt, saint françois de salles

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article

Profil

  • SULLIUS
  •   Peintre expressionniste régional qui ne demande qu'à devenir national avec un petit coup de main des amateurs....

        ATELIER et GALERIE dans un petit village de la verte Haute saône, en Franche-comté
  • Peintre expressionniste régional qui ne demande qu'à devenir national avec un petit coup de main des amateurs.... ATELIER et GALERIE dans un petit village de la verte Haute saône, en Franche-comté