Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 09:09

Aujourd'hui, saint Corentin de Quimper

Le saviez vous ?? Cette bonne ville de Quimper devrait être appelée Quimper-Corentin, comme dans l'ancien temps et ce ne serait que justice pour ce saint breton qui est l'un des sept piliers de l'église médiévale bretonne..

Il était né en 375 lors d'une période très troublée très joliment illustrée par les aventures d'Astérix, cette période où l'envahisseur romain commençait à reculer aux marges de son empire..ça cognait dur à l'époque mais le petit Corentinus fut miraculement préservé plusieurs fois de la mort lors des incessants combats qui opposaient  les armées de Conan Meriadec aux armées du tyran(osaurus) Maximus. On peut comprendre qu'il vit dans sa sauvegarde l'intervention de Marie, de Jésus ou du Père éternel, tant il avait eu chaud aux fesses notamment quand les Romains incendièrent l'église dans laquelle la petite communauté de Plouvordiem-les-Colombes s'était refugiée pour prier..

La guerre terminée, Corentinus décida donc de remercier ce très bon Dieu en se consacrant nuit et jour à la prière, et, pour ne pas être dérangé, il partit ermiter au fonds  des bois..

Se trouvant un petit coteau bien exposé plein sud, il frappa le sol de son bâton et en jaillit une source abondante et sans nitrates, ce qui est devenu si rare en Armorique.. Puis, avec le même bâton, il traça les contours de ce qui devint très rapidement un joli bassin dans lequel s'ébattait un gros mérou aux reflets argentés..

Drôle de poisson d'ailleurs.. Ses nageoires étaient au nombre de 12 et  formaient des excroissances facilement détachables du corps, comme des morpions sur le pubis d'un mendigot..Il suffisait à Corentinus de siffler le matin un petit air de grégorien , et le poisson venait à la surface du bassin, s'approchant du bord où le saint homme l'attendait avec son opinel numéro 8.. Là, d'un coup de lame bien ajusté, l'ermite prélevait son repas du jour qu'il savait agrémenter de quelques herbes ou même de fruits de saison..(Toujours à la pointe des préceptes de bonne vie, ces ermites !).

 

Il vécut comme ça quelque temps jusqu'à ce que son histoire de Mérou bodybuildé  ne s'évente; et, bientôt, les pélerins accoururent auprès du bassin miraculeux qui guérissait, outre la soif, toutes les maladies de peau (il suffisait de laisser le mérou bouffer les peaux mortes, bubons et autres scrofules), les jambes cassées et toutes sortes de désagréments liés aux contacts sexuels entre humains ..

Puis un jour, c'est le roi Grallon qui, perdu dans cette forêt lui demanda à manger.. Corentin, coupant un bout du poisson le remit au cuisinier qui vit avec stupéfaction ce petit bout écailleux remplir les plus grosses de ses marmites et lui permettre de nourrir toute l'assemblée..

Le Roi Grallon n'était pas un ingrat. En retour, il donna à Corentin toute la forêt qui abritait son ermitage et une bâtisse plutôt cossue pour l'époque dans laquelle s'établit bientôt une communauté religieuse dont le Saint prit la tête.

Avant de mourir  le 12 décembre 401, Corentin de Quimper fut appelé à la charge d' évêque des Cornouailles (continentales) à la demande du roi Grallon et de la population qui ne voyait personne de plus qualifié -et aussi bien vu de dieu- pour assumer la mise en place du premier échevêché de Bretagne à Quimper..

Priez donc pour Corentin de Quimper et son mérou !!  

  

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 07:07
Aujourd'hui, Saint Daniel dit " Le Stylite"'
C'est avoir passé  trente-trois années  dans une nacelle posée sur une colonne qu'il mourut autour des années 490 après JC.
Une façon de se retirer du monde qui n'excluait pas cependant la possibilité de visites..Malgré tout, il y a du mystère là dessous.. Comment faisait il pour ses besoins quotidiens puisque de là haut il prêchait et haranguait les foules,ce qui devait lui donner fort soif surtout en été puisque sa plateforme était quelque part du côté de Constantinople..
Pour simplifier, on va accepter que Dieu s'occupait de l'intendance et Daniel du spirituel, ce qui m'ira très bien..
Il faut dire que pour le spirituel, c'était un aigle, Daniel..
Né d'une mère stérile (ce qui est plus fort que né d'une vierge, parceque là rien ne marche !), il naquit grâce aux prières de sa très chrétienne maman qui se vit exaucée un petit matin. Alors qu'elle était à croupetons dans le jardin les fesses tournées vers le soleil levant, ramassant des oignons pour la soupe, elle se vit entourée d'une nuée lumineuse et sentit en elle l'élan vainqueur de la saillie divine.
Après un délai raisonnable, naquit le petit Daniel qui fut conduit à 5 ans au monastère pour y prendre contact avec Dieu, mais les moines le jugeant trop jeunes le firent patienter 7 ans encore avant de l'intégrer à leur communauté..Il montra alors tant de zèle dans l'exercice de la foi,et dans son travail aux champs et  tant de constance dans l'apprentissage des chants et des prières que rapidement, il fut adopté par le père supérieur..Et c'est ainsi qu'il partit un jour avec lui à Antioche où ils se retrouvèrent devant la colonne sur laquelle vivait Saint Syméon, autre Stylite légèrement allumé et très renommé..Daniel grimpa à l'échelle, et s'entretint quelques instants avec le SAint qui lui donna en même temps que sa bénédiction l'idée de son futur..
Puis ils revinrent au monastère où le Père sup' mourut et lui laissa la tête du monastère..Daniel avait 37 ans et des envies de bougeotte et surtout envie de voir les Lieux Saints dans la lointaine palestine..Mais en chemin, il eut une apparition dans laquelle Dieu lui disait d'aller à Constantinople où il avait besoin de lui..
En chemin, il débarrassa un temple paîen de ses démons, guérit l'Archevêque de Byzance entre autres miracles et s'établit près d'une chapelle où il pouvait prier tranquille..C'est là que le fantôme de Syméon, fraîchement décédé vint le visiter et lui demander de le remplacer au poste de Vigie de Jésus....Suivant le vol d'une colombe, il parvint dans une petite vallée où sur un terrain un dénommé Gélanios, commençant la construction d'une bâtisse, avait déjà posé une colonne haute comme deux hommes. La colombe se posant là, Daniel fit de même..Aidé de quelques disciples, il s'aménagea un petit T1 en haut de la colonne. Alors commença pour lui  une routine de guérisons miraculeuses qui fit venir en masse les pélerins sans Cmu ni Sécu., inventions plus tardives..
Il avait alors 51 ans et c'est donc le 11 décembre 493 qu'il mourut à l'age de 81 ans, ayant eut la joie de voir reconstruite et entretenue sa colonne de pierre par l'empereur.. 


Il avait à sa façon résolu la crise du logement

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 07:07

Aujourd'hui Saint Thomas Fournikos

 ..et un petit peu Sainte Eulalie..

Vous pensez bien qu'avec un nom pareil, je n'allais pas le rater, le pâtre butineur!

Thomas était né là-bas, sur la Mer Noire, dans ce pays appelé désormais Turquie mais qui a pour nom véritable Bythinie..Région très célèbre car le Vaillant Jules (César) aurait eu comme compagnon d'anus (dans sa jeunesse) le roi Nicoméde de Bythinie, ce qui lui valu longtemps le surnom caché de "Reine de Bythinie". Mais là n'est pas mon propos..

Thomas Fournikos s'en battait les cils des Romains, vu qu'il est né au Xème siécle et que c'est l'empire biaantin qui administrait chrétiennement le pays alors.

Tout jeune, le papa du petit Thomas l'emmenait au monastère voisin du Mont Kymina où il livrait gratuitement quelques fruits et légumes en échange de promesses de  paradis.

Le petit Thomas amait ces visites dans le monastère qui sentait bon l'encens et la vendange, et quand son père descendait aux cuisines , le frère Bésiklos ne manquait jamais de lui donner un bonbon au miel que l'enfant allait chercher de ses petites douces dans la poche abdominale de  la lourde robe de bure qui était le seul vêtement

autorisé par la règle..

Parfois, il était même autoisé à assister à l'office du soir et, c'est avec ravissement qu'il écoutait le choeur des moines entonner le Te-Deum alors qu'il était confortablement assis sur les grosses cuisses du père Abbé qui lui caressait doucement les cheveux en jouant avec ses mèches bouclées comme celles d'un ange..

On comprendra dès lors que le petit Thomas, en grandissant, franchisse la porte du monastère pour n'en plus sortir,d'autant plus qu'il avait appris par coeur et de mémoire le livre des Psaumes puis les Epitres, ce qui lui servit de sauf conduit..

Devenu moine, il montra des qualités chrétiennes exceptionnelles et choisit de vivre en ascéte, se contentant d'une carotte et de deux olives par semaine, pour ne pas voir pertubées ses prières par un estomac surchargé.

La vie de Thomas Fournykos aurait pu continuer ainsi jusqu'à ce que Dieu le rappelle à lui, mais on destin était ailleurs..

Désigné par sa hierarchie pour diriger un monastère tout nouvellement bâti, Fournokos fut arraché à sa routine et dut s'exécuter.. 

Mais,  peine l'établissement en ordre en marche, il s'enfuit dans la montagne pour y vivre en ermite, lassé des autres.

Mais ses moines le retrouvèrent et le convainquirent de revenir à leur tête.. il n'accepta qu'à la condition qu'on lui bâtisse une petite cellule au fond du plus profond couloir de la plus profonde des caves..

Et il s'y in,stalla, ne sortnt que le dimanche pour dire la messe..

Mais s'il pensait être tranquille, il se rompait.. Le Diable, agacé par sa piété lui envoya des nuées de moustiques pour le distraire de leurs piqures irritantes, puis ce fut des mouches, puis des guêpes et enfin, comme Fournikos était toujours au service de Deu, le Malin remplit sa cellule de serpents aux visages et aux poitrines de femmes .

Mais rien n'y fit., et Fournokos ne céda jamais pendant les 11 années que dura cette persécution.

Alors, lors de l'office du dimanche,Belzébuth sortit les grands moyens et lui envoya un monstre de la taille d'un taureau couillu, avec une tête de mandrill et des bras de prostituée gahnénne.. Thomas continua sa messe comme si le monstre nSaint Thomas Defournikos'etait pas là alors que tous les moines avaient déguerpi dare dare, et quand l'office fut terminé, il se débarrassa de la bestiole dun coup de cruxifix bien placé qui la renvoya en enfer!.

Ajoutons à cela que Fournikos avait le don de voyance et pratiquait des guérisons miraculeuses, ce qui n'est pas mal pour un seul homme..

Sa renommée fut telle dans ce Xème siècle que des pélerins venaient de partout pour respirer l'odeur de sainteté de son monastère, tant et si bien que même du fond de sa cellule, Fournikos entait leur présence et ça le barba..

Une nuit sans lune, jetant quelques carottes et une poignée d'olives dans un sac, il disparut à nouveau dans la montagne où il se rapprocha tellement de Dieu qu'il en mourut.

 

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

A côté de ça, la belle Eulalie, vierge martyre, c'est du pipi de sansonnet !!Mais bon, sa mort a quand même fait tomber la neige en plein mois de juillet et c'est plutôt chaud habituellement le mois de juillet espagnol!

 

,Les Saints du jour (mercredi 10 Décembre)

 

Et, pour le fun, un sourire de mandrill...

 

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 09:09
Aujourd'hui Sainte Léocadie
Elle était de Tolède, la fille au Léon. Elle aimait le soleil, les olives et les mandarines.Et puis un jour, elle rencontra Jésus sur les marches du palais.
Comme l'huile pressée à froid, elle était vierge et Dieu aimait ça..
A Tolède, de son temps régnait la Pax Romana et sa païenneté et Dieu n'aimait pas ça..
Alors, Léocadie le dit que Dieu n'aimait pas çà.
Pour ça, elle fut arrêtée en plein élan comme un caribou aux bois bloqués par les branches d'un sapin trop bas..
Pour ça, elle fut torturée et saignée à blanc devant une foule attentive comme une meute de hyènes  au pied d'une mongolfière.
On la prit, la Léo, on la mit toute nue, et sur son corps sans défaut, on mit les marques d'infamie.. Des pierres furent jetées, des coups furent portés, le fouet lança ses morsures et bientôt, malgré ses prières, elle fut plus qu'un bout de viande sanguinolent et larmoyant..
C'était assez pour ses bourreaux avides de perfection, et on la jeta en prison.
Il était trop tard pour elle ou alors son heure était venue..
Dans sa geôle, Léocadie mourut en 303.
Pauvre vierge et martyre, fallait rester païenne, ma fille !
L'Alcazar de Tolède et le pont d'Alcántara sur le Tage. 
Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 09:09

Aujourd'hui Saint Budoc / Budog / Budocus

Ah, chères lectrices et chers lecteurs, vous avez cru à l'abandon quand hier je vous avois abandosnez sur la grève alors que Dieu, las de bransler sur les ondes la futaille d'Azénor, l'avoit conduite en quelque rade, sur la grève du village de Beau-port, havre de l'abbaye voisine du même nom sur les côtes d'Irlande..

Arriva  céans un manant pescheur qui, avisant cette futaille prometteuse d'ivresse, se prespara à la percer de son guimbelet (son dzi comme on dit dans le Jura) quand l'enfant nouveau né de l'avant-veille  l'avertit de ne point le faire..(non, il n'y a aucune allusion sexuelle  ici !!).

Reculant de saisissement, le naufrageur effrayez courut voir le père Abbé pour lui conster cette diablerie.

C'est en grand esquipage et procession chantant moult cantiques que revinrent tantôt religieux et manants pour conjurer le phénomène..Mais, quand, s'approchant  de la futaille, tous entendirent deux voix douces remercier Dieu, Jésus et la Vierge de les avoir sauvez, le couvercle de l'esquif barriquez fut  rapidement enlevez pour que chacun put connaistre le prodige....

L'aventure raconteez, la Comtesse fut accueillie à l'abbaye et l'enfant, rapidement baptisez, confiez pour son éducation à l'un des moines tandis que sa mère se rendoit utile au village comme simple lavandière alors qu'elle estoit neez avec une cuillère d'argent dans la bouche..Cependant, les quelques mois escoulez depuis l'exil de sa femme avoient plongez le Comte Joel de Goëlo dans une mélancolie dépressive qui ne lui laissa que la peau et les os et un remords profond dans le coeur..

C'est dans cet état qu'il s'embarqua , pour une solitaire route du Rhum et échoua, piètre navigateur sans argos, sur la plage de Beau-Port. Là, l'attendoit toute une troupe prévenue par Budoc, son fillot qui avait presdit sa venue dans la nuit.

Retrouvant femme et enfant, le beau Joël n'en fut pas quitte pour autant car Dieu lui apprit rapidement qu'il avoit fait une cosnerie en martyrisant sa femme, et le prit avec lui dans les méandres labyrintiques du Purgatoire..

Devenue Veuve, La Comtesse Azénor prit le temps de vivre encore un peu avant de mourir, répandant autour d'elle tout le bien qu'elle le pouvoit..Son fils, ayant enterrez ses parents laissa bienstot derrière lui les côtes d'Irlande et, traversant le Gouillet, débarqua à Dol où son destin devoit s'accomplir..Pris en affection par Saint Magloire, Budoc lui succèda à la teste de l'eschevcez de Dol de Bretagne.Il resta esvesque pendant 26 ans, entrecoupant son ministère de pélerinages sur les lieux saints..

Saint Budog / Budocus/ Budoc mourut un 8 décembre

 dans les années 666 ou presque..

 

Et, S'il vous sied de prier Saint Budoc, voici comment le flatter :

 

 

""" Tu fus miraculeusement préservé de la furie de l'océan
Puis étant nourri par la main de Dieu,
Tu te dévouas entièrement à Son service, ô saint évêque Budoc.
Étant couvert d'honneurs aussi bien temporels que spirituels à Armagh et Dol,
Tu œuvras pour gagner les âmes au Christ,
C'est pourquoi nous implorons ton aide,

 

 

                                   Supplie le Christ notre Dieu afin qu'Il nous sauve!""
 
 NB !! Pour les historiens, cette histoire de tonneau serait étayée par la forme circulaire du cornacle, petite embarcation galloise en peau tendue sur une une armature légère et utilisée sur les cours d'eau et les lacs du pays de Galles..
.
Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 07:07
Aujourd'hui Sainte Azénor de Bretagne :
 

 

 

 

 

 

 

 

On n'est pas loin de la chanson de geste

 dans cette belle histoire de princesse adorable et de méchante belle-mère..Il était une fois un Comte de Bretagne, Prince de Brest, qui avait une fillotte mignonne comme tout, bien élevée et si chrétienne qu'elle ne voulait pas de mariage terrestre, mais juste une partie de galipettes avec Jésus..seulement voilà, cette beauté attira les convoitises du voisin, le Comte Joël du Goëlo, beau mec s'il en était et prêt à perpétuer sa race de bras cassés et de bagarreurs avec cette miss de l'ouest. Azénor refusa vertement les propositions des ambassadeurs du comte, mais ses paents finirent par lui faire comprendre que son devoir de princesse passait par ce mariage..

Les noces eurent lieu pendant 15 jours,pendant lesquels la fête battit son plein, ave forces démonsrations navales dans la rade de Brest et moult tournois et autres bals où  jouvencelles et jouvenceaux trouvèrent à frayer..

Puis Les deux époux repartirent au pays du comte et s'établirent en joli chateau de granit noir posé au bord de la mer. 

A peine installés, ils apprennent la subite de la princesse, mère d'Azénor..A la joie succède la peine et la princesse repart à Brest consoler son père et enterrer sa mère..

Revenue au pays, elle éblouit chacun par sa beauté et sa bonté, et son respect des évangiles lui attire les bénédictions de tous.. puis le deuil passe et le Prince de Bretagne, vert comme un brocoli, se sent revenir des envies câlines qu'il va très vite assouvir dans les bras d'une seconde épouse aux cheveux noirs comme son âme..

Là, on va retomber dans le classique : 

La belle-mère n'en peut plus d'entendre vanter les mérites d'Azénor et ne supporte plus l'admiration béate de son père..

Faisant porter lettres et faux témoignages d'adultère (-ce qui fonctionne encore bien pour les divorces au XXième siècle!-), faisant porter tout ça au beau Joël qui gobe tout tant il est jaloux et maladivement possessif..

Il gobe tout l'imbécile et en rajoute une couche..Enfermant son épouse dans une tour du château, il la fait surveiller jour et nuit et s'aperçoit qu'elle est beaucoup en prières, avec son aumonier, ce qui lui paraît assez louche pour la faire condamner à être jugée par son père...

Pour la sentence d'Azénor, Joël la ramene donc à Brest où son père croit d'abord à une boufonneroie, mais, devant l'insance e la belle mère et les preuves fallacieuses qu'elle fournit en complément, il ne peut que cèder..

Et Azénor est condamné à être brûlée vive..ce qui satisfait son mari ui décide 'attendre là que le bûcher se prépare..

C'était sans compter sur la vie!!

Azénor est enceinte, et on ne peut tuer un innocent dans le ventre de mère !!

Qu'à cela ne tienne, on la rejuge..Et, là, on préfère s'en remetre à Dieu..

Azénor sera embarquée en haute mer et là, jetée à la mer dans un tonneau abandonné aux vents et aux marées..

Au bout e quelques jours, Azénor trouve vite le service dur et elle n'a bientôt plus de larlmes pour pleurer ni de salive pour prier quand un ange aux ailes de velours vert vint se poser dans le tonneau..les bras chargés de mets plus succulents les uns ques autres.. Et ce joli manège dura encore cinq mois jusqu'à la naissance d'un beau bébé, blond comme sa mère..

Dieu avait protègé la mère et l'enfant, il alla jusqu'au bout et fit échouer le tonneau sur la grève d'un petit village côtier dont les habitants prirent soin des deux naufragés..

Mais là, c'est une autre histoire dont je vous invite à lire en entier les 25 chapitres dans la savoureuse langue du XVII en suivant ce lien !

Bonne lecture à toutes et à tous  et priez encore pour Azénor et Budog, son fils !  

  http://www.gwiler.net/saints/sazenor.htm

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 07:07
Aujourd'hui Saint Nicolas
Le petit salé tient une grande place dans la vie de notre saint du jour. Pauvres cochons sacrifiés dès l'entame de l'hiver, découpés et mis au saloir puis au fumoir pour y prendre le goût et la teinte des belles vacancières que l'on voit brunir de la raie de cheveux à la raie des fesses sur les plages de Saint-Cyr en quelques jours de soleil. ..Nicolas aimait le lard, comme tout bon Lorrain qui  respecte les usages.
Bon, d'accord, il n'était pas plus lorrain que Sarkosy, vu qu'il venait aussi de l'est comme notre popaul qui se réserve le tahajmal pour lui tout seul avec sa ritalienne, mais il est le saint de la Lorraine, à cause d'un baron de par là qui aurait rapporté sa main droite dessèchée  volée lors d'un pélerinage sur sa tombe à Bari en Italie....Donc, faut faire avec..
Nicolas aimait le petit salé et voici une histoire horrible bien capable de vous faire passer le goût du lard..Nicolas se baladait sur l'avenue, le coeur ouvert à l'inconnu(e) quand une petite faim le prit alors qu'il passait devant la boucherie Sanzô, rue de la carotte, dans le petit bourg de Myre..
Nikos connaissait la réputation de cet artisan et la qualité de son petit salé gardé sept ans dans des anciennes carrières de tuf entre des fromages de chèvre à l'affinage et des amphores de vin de Samos..Mais, au moment où il prenait sa commande emballée dans des feuilles de rhubarbe, une voix d'enfant l'interpella : "Oh, l'évêque, ne me mange pas, je suis un petit garçon tué et salé avec mes deux frères par l'ignoble Sanzo !"..
A ces mots,  Nicolas n'attendit pas Noël..Recueillant tous les bouts de lard qu'il le pouvait dans la réserve de l'infâme, il redonna vie à trois adorables petits garçons, et fit emprisonner et décapiter le bourreau de la rue de la carotte.
....Plus tard dans sa vie, se promenant au gré de la volonté de Dieu dans son diocèse, il remplit de quelques bourses d'or les bas de trois jeunes vierges qui en étaient réduites à la prostitution pour nourrir leur famille et se faire une dot pour assurer leur avenir; ailleurs, c'est trois prisonniers de guerre qu'il libéra par la force de la pensée..
Nicolas était un habitué des miracles..
Au XIème siécle, ses restes furent transportés de Myre (smyrne) à Bari en Italie à cause de l'avancée des infidèles et c'est là qu'il perdit sa dextre au profit de notre bonne terre de Lorraine..
Et voilà, la boucle est bouclée comme dirait durdur.
 
Et, pour le fun, un peu de latin  :
 Multarum narrationum de hoc tempore, una ex notissimis est haec: Erat pater cui erant tres filiae. Argenti autem non habebat, qua de causa dare voluit filias mercatori, ut argentum habeat. Ea re audita, Nicolaus patri noctu tres pilas aureas donavit. Propterea Pater non debebat mercatori dare filias, et iterum habebat argenti. Qua de causa Nicolaus saepe in imaginibus cum pilis tres visus est. Etiam servavit pueros mortuos et nautas in nave. Multas etiam bonas res ab eo factas esse constat.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_de_Myre

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 09:09

Aujourd'hui Saint Gourias,

           appelé plus habituellement Gouri..

 Un chaud lapin celui-ci, avant d'être saint !!

Vers 1520 et quelques, ce fils de Boyards russes ayant connu quelques revers de fortune se voit obligé d'aller checher pâture ailleurs que sur le domaine familial.. Heureuse ment, grâce à quelques relations , il peut entrer au service du Prince Penkov comme fourreur. Beau comme un jeune dieu grec, Gouri ne tarde pas à réchauffer la couche dorée de l'épouse du prince, mais jamais sans s'y faire pincer..Malgré touit, dans le doute, le Prince le colle à perpet en cabane dans les geôles du château. Rester au frais lui remet un peu de plomb sur la queue et, comme pour s'occuper, comme il n'a que la sainte bible, il finit par l'apprendre par coeur..Et uil apprend même à prier.Et ça marche..

Au bout de deux ans de' captivité, il réussit à s'évader et se refugie dans le monastère de Volokolamsk pour bénéficier de l'immunité religieuse..

Mais,iune fois là dedans, il est dans une autre prison.. S'il en sort, il repart en taule !!

Pragmatique autant qu'acculé, le beau Gouri reste donc avec les moines, accepte la tonsu'e et la règle du monastère, et progresse rapidement dans l'organisation monacale, au point  d'être élu par ses pairs  "Abbé du monastère". Mais sa santé s'étant dégradée, il laisse la main et redevient simple moine.

Gouri retrouve à peine la forme qu'il est convoqué par le tsar Ivan IV pour prendre la direction du monastère de Selijarov, monastère qu'il quitte au bout d'un an, plébiscité par la communauté chrétienne pour devenir évêque de Kazan, ville qui venait d'être reprise à des Tartares aussi musulmans que possible.. 

 A peine en poste, il y fait merveille, ressucitant une église dévastée, bâtissant monastères et édifices religieux, structurant la société civile et religieuse  avec un grand souci de pardonner aux bouts coupés qui sont acceptés dans la communauté chrétienne s'ils en font la demande..

Gouri meurt, fatigué en 1563 dans sa ville d'adoption.

 

ça peut aider une carrièred'être un chaud lapin !!

 

 

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 05:56
Aujourd'hui, Sainte Barbe ou Barbara.
 Barbara ne s'appelait pas Barbara, pas plus que Barbe d'ailleurs; elle s'appelait d'un joli petit prénom oriental du genre "Maéymonna,  Zaïnab, SafYïa ou même Maryam, mais on n'en sait pas plus car elle aurait été tuée anonymement comme n'importe quelle vagabonde, SDF, fille des rues alors qu'elle était fille de bonne famille..
Mais voilà, papa était jaloux des futurs prétendants de sa fillotte et il l'enferma dans une tourette du château familial lorsqu'il dû partir en voyage d'affaires du côté de la Phénicie.. A quelques mois de là, quand il revint à Nicomédie, la tourette avait trois fenêtres..Vit-il dans cette ouverture supplémentaire le signe d'une forfaiture, l'annonce d'un acte irréversible qui allait gâcher le capital noçal de sa fille ??
Vite renseigné par la sage femme du palais, il constata avec soulagement que l'enfant était aussi vierge qu'à son départ, mais que, par contre, un interdit laissé en partant avait été bravé :
La vierge était devenue chrétienne et la troisième fenêtre percée dans la muraille complètait l'idée qu'elle se faisait de la Sainte Trinité, il apprit qu'elle allait se consacrer à la nouvelle religion, s'étant par ailleurs promise à Jésus, rien que ça !!..
Prenant le temps de réfléchir 5 minutes à l'annonce de cette nouvelle, il fit amener quelques mètres cubes de fagots dans la tourette et  mit lui même le feu aux branches bien sèches, priant Anou et Ishtar ses dieux tutélaires de lui pardonner sa négligence et leur demandant de prendre sa foldingue dans leurs bras de feu.
 Mais là, un premier miracle eu lieu..Devinez !!
  • 1-La terre s'ouvrit et la tour s'effondra.
  • 2-Un raz de marée éteignit l'incendie.
  • 3-Un ange emporta la fillotte vers les cieux4-Saint Nicolas prit un décret pour interdir de faire du feu aux retraités de la SNCF.
  • 5-..(C'est là qu'il faut pointer )..Prévenue à temps par le curé qui l'avait baptisé en douce, la future Barbe avait quitté la tiour avant, ne laissant qu'une silhouette en carton derrière la plus haute des fenêtres du dernier étage..Las, sa liberté fut de courte durée.. S'étant réfugiée dans la montagne, elle fut repèrée par un berger qui la cafeta à son père..Ramenée en ville, elle fut traînée devant la justice de l'administration romaine qui lui appliqua la loi , ni plus, ni moins.  Elle fut  donc condamnée à être raccourcie de la tête, avec trois essais gagnants, le quatrième valant libération après une petite séance de tortures bien dans le style de l'époque..

Puis, le père, doutant de la compétence du bourreau prit sa propre épée et l'abattit sur le cou gracile de sa fille, si fort qu'il fendit le billot de charmille sur lequel elle reposait sur un coussin de soie rouge.. 

Mal lui en prit..Jésus, fâché de se voir ravir ainsi une pucelle si prometteuse lui envoya un éclair (divin) qui, guidé par le métal de l'arme, transforma ce père indigne en un tout petit tas de cendres fumantes et nauséabondes.

Le corps de la suppliciée fut jeté au dépotoir..Et fut réclamé anonymement par le curé sus-cité, qui, n'ayant jamais su son nom, demanda au gardien de la déchetterie " le corps de la barbare" qu'on avait décapitée..

D'après sa légende, c'est de là que viendrait son nom..

             Barbara, la barbare..Fallait y penser. 

  

On l'invoquerait même en Haute-Saône pour avoir

des enfants frisés.. mais je ne vois pas pourquoi !

 

 

 

 

Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 07:07
Aujourd'hui Saint François de Xavier
 Pour ce matin, un saint espagnol  et pas un rien du tout, un vrai, un dur, un tatoué, un qui a fait l'Indochine, la Cochinchine, l' Inde  et le Japon mais pas la Corée..dommage..
Vous le trouverez dans les livres d'histoire sous son nom de baptème, Francisco de Jaso y Azpilicueta, mieux encore, puisqu'il était de Navarree, sous son nom basque
Frantses Xabierrekoa . Mais comme il était né le 6 avril 1506 à Javier, nous les Français pas doués pour les langues étrangères on l'a rebaptisé Xavier..
Xavier était né dans une famille de riches pauvres, mais suffisamment aisés opour l'envoyer étudier à la Sorbonne où il réussit si bien ses examens qu 'il obtient une chaire à l'université de Beauvais.
Jusque là, c'est un chrétien ordinaire pour son temps..une petite prière le mlatin, une le midi, une le soir, la mese le dimanche, condfresse toutes les 6 semaines, Pâques, Noël et Pentecôte, et basta..
Mais voilà que le Destin se mêla de sa vie sous les traits d'un sémite barbichu
aux yeux clairs dont le porteur  infecté fut son compagnon de chambre à Paris.. cOmme il n'avait pas beaucoup de sous, il dut en effet partager sa chambrette avec celui qui devint Saint Ignace de Loyola, le célèbre Jésuite..Ignace qui avait déjà la quarantaine, était un fou de Dieu et cassait les pieds à Xavier dès qu'ils se retrouvaient ensemble, l'empêchant de dormir en se relevant pour prier, le réveillant lors de ses mâtines, lui gâchant ses repas en lui prônant l'abstinence..Et je vous passe les interminables discussions théologiques sur le monde, la Bible, les Evangiles et le rôle de Jésus dans la destinée humaine !
 Finalement, les deux compères devinrent copains comme cochons et, après leurs études, ils se retrouvèrent  en 1534 pour fonder "La Compagnie de Jésus" pour porter la parole de Jésus à tous ceux dans le vaste monde qui n'avaient pas encore été éclairés de sa divine x'clarté. (c'est + joli avec un x).
'(Vous la connaissez de nom cette compagnie, ce sont Les Jésuites !)'.
Après avoir prononcé ses voeux et s'être promis à Dieu, Xavier s'enrôla comme missionnaire pour L'Inde, dont la pointe sud abritait déjà des comptoirs commerciaux portugais et c'est ainsi qu'il se retrouva à Goa. A partir de là, son zèle missionnaire n'eût d'autres limites que la taille des jours et la longueur de sa vie.. On retrouve sa trace à Ceylan, puis aux Moluques où il se prend un râteau avec les musulmans, pour aboutir au Japon d'où il prépare une expédition pour le sous continent chinois. Mais Dieu l'avait assez vu en bas et avait besoin de lui pour prêcher au paradis, aussi, alors qu'il  allait quitter l'île de Sancian sur sa jonque aux yeux de velours, il mourut subitement au milieu d'une prière.
Il avait 46 ans et la fièvre jaune.
Priez donc pour Frantses Xabierrekoa
 
 
Repost 0
Yves VINOT SULLIUS - dans Vie des Saints
commenter cet article

Profil

  • SULLIUS
  •   Peintre expressionniste régional qui ne demande qu'à devenir national avec un petit coup de main des amateurs....

        ATELIER et GALERIE dans un petit village de la verte Haute saône, en Franche-comté
  • Peintre expressionniste régional qui ne demande qu'à devenir national avec un petit coup de main des amateurs.... ATELIER et GALERIE dans un petit village de la verte Haute saône, en Franche-comté